auprès des Familles

Formation Amoris Laetitia

Le pape François a publié, en avril 2016, l'exortation apostolique Amoris Laetitia qui a suscité enthousiasme et commentaires. Afin de rentrer dans le texte et percevoir ses enjeux et défis, Mgr Santier a souhaité l'organisation d'un week-end de formation autour de ce texte majeur, pour tous les acteurs pastoraux. Nous publions ici les diffrentes interventions.

Soirée du vendredi 07 Janvier :

Journée du samedi 08 Janvier :

 

amoris laetitia conference diocese creteil

TÉMOIGNAGES :

Conférence sur la transmission le 11 avril à Vincennes

conference-bellamy-AFCA l'occasion de leur journée départementale les Associations Familiales Catholiques du Val de Marne ont invité François-Xavier Bellamy pour réfléchir à "Transmission ou inculture ?" : Au nom de quoi faut-il transmettre ? FX Bellamy est philosophe, enseignant, maire-adjoint de Versailles et écrivain. Il vient d'écrire "Les déshérités ou l'urgence de transmettre"
Cette conférence est une suite logique de notre conférence du Père Rougé le 19 janvier sur la nécessité de l'engagement des catholiques en politique ; pour nous engager, il nous faut être formés et c'est la transmission qui permet cette formation.

Conférence le samedi 11 avril 2015 à 20h30 à la crypte de Notre Dame de Vincennes, 28, rue Raymond du Temple Métro Château de Vincennes, ligne 1 et RER A Vincennes
Messe à 18h à l'église puis repas tiré du sac pour tous
Entrée libre AFC ou non

Renseignements :

Fédération des Associations Familiales Catholiques
du Val de Marne AFC 94
afc94.canalblog.com
AFC Vincennes Saint Mandé
01 42 87 81 75 (rep)

Le « genre »… que faut-il en penser ?

Le concept de genre (ou gender) date des années 50 mais en France il a surtout interpelé l'opinion avec la réforme dans les lycées des programmes de SVT (2011), suivie d'un rapport de l'Inspection Générale de l'Education Nationale (2012) pointant les différences de traitement entre filles et garçons. Cet état des lieux a débouché sur la signature par six ministères d'une convention pour l'égalité entre filles et garçons et l'ABCD de l'égalité, testé notamment depuis la rentrée 2013 dans des établissements publics du Val-de-Marne.

L'impact de ces mesures a été accentué par des propositions éducatives de certains syndicats enseignants (SNUIPP-FSU). C'est devenu l'une des préoccupations majeures de la Manif pour tous et le plan VigiGender a été mis en place en 2013 pour sensibiliser les parents et les encourager à agir. Les Associations Familiales Catholiques (AFC) ont, quant à elles, distribué un document d'information aux parents : Le genre à l'école : parents, êtes-vous informés ?

Plus spécialement dans notre diocèse, le collectif Familles 94 s'est créé en 2013 pour alerter les parents. Plusieurs conférences ont eu lieu localement, à l'initiative des AFC, de groupes issus de La Manif pour tous ou encore d'Alliance Vita qui traite ce thème dans le cadre d'une réflexion sur l'écologie humaine.

Face aux nombreuses réactions suscitées, le service diocésain de la pastorale des familles de notre diocèse propose de dépasser un positionnement « pour/contre le genre » et d'essayer de comprendre les enjeux éducatifs et pastoraux. Pour nous, parents, éducateurs chrétiens, il ne s'agit pas d'avoir peur mais de se poser les bonnes questions, sur quelques points d'attention :

  • L'égalité entre homme et femme est mis en avant par les tenants des théories du genre : en effet, à l'école, dans le travail, dans la vie familiale, il y a des conditionnements qu'il est bon de remettre en cause régulièrement : pourquoi réserver certains métiers à des hommes ou à des femmes ? La répartition des tâches familiales est-elle équitable ? La promotion professionnelle et le salaire sont-ils traités de manière juste, à compétence égale ? Etc.

Nous avons été créés homme et femme, à l'image de Dieu, sans hiérarchie, parés d'une même dignité inaliénable, ainsi que nous le lisons dans la Bible : « Dieu créa l'homme à son image (...) mâle et femelle il les créa. » (Gn 1, 27). On peut redécouvrir notamment avec des jeunes que c'est cette humanité sexuée qui est déclarée image de Dieu. Cela nous engage au respect de chaque être, unique. Il n'y a ni supériorité, ni infériorité, la différence n'est pas l'inégalité.

  • Alors que les théories du genre conduisent à une indifférenciation des sees, nous pensons que la différence sexuelle est fondatrice, et qu'elle permet la relation : dans une anthropologie chrétienne, cette différence ouvre à la fécondité. Etre différents, c'est bien, mais encore faut-il se comprendre en prenant le temps de reconnaître les difficultés et richesses d'une humanité sexuée qui contribuent à la beauté de notre monde. Au CLER, des formations aux jeunes filles avec leur mère (Cycloshow) et aux garçons avec leur père (XY Evolution) expliquent à des adolescents comment mieux habiter leur corps et comprendre leur sexualité. De plus, des interventions en établissements scolaires permettent aussi de mieux appréhender ce qui se joue dans une relation homme/femme et les différences qui sont constitutives de leur être sexué.
  • Alors que les théories du genre opèrent dans le développement de la personne humaine une dissociation entre nature et culture, il faut redire que l'être humain n'est jamais achevé, qu'il se construit au travers de l'altérité, l'autre découvert comme un mystère et mystère de la relation où chacun est unique. La personne ne peut se comprendre à travers les seuls mécanismes biologiques et elle est appelée à unifier, selon Xavier Lacroix, trois dimensions : nature, culture et liberté, pour pouvoir vivre la communion à travers les différences. Au cours des préparations au mariage, les fiancés sont amenés à découvrir l'autre, don de Dieu, qui garde en lui sa part de mystère et de liberté. Ensemble, ils sont appelés par leur don réciproque à être image de Dieu.

Alors, dans ce contexte, nous pensons que la famille est le premier lieu éducatif de l'enfant et du jeune. Elle devrait être ce lieu où la parole puisse être dite, dans un climat de confiance et de pardon. Toute personne est une personne unique, singulière : mon frère, ma sœur en humanité. Cela engage à un dialogue en profondeur sur la vie, la personne, ses choix ... Cette éducation doit permettre à l'enfant, au jeune de se construire dans l'amour et non dans le rejet. Notamment, à propos des personnes homosexuelles, il est important d'avoir le souci d'une parole adaptée.
Alors que dans la société actuelle où le relativisme, les relations sexuelles sont souvent banalisées, il est important de donner des repères. On ne peut pas nier que les débats actuels sur le genre risquent de créer des malaises, voire même des angoisses chez des jeunes qui se sentent obligés de choisir une identité à un moment où ils sont en pleine construction.

Soyons dans la confiance, chacun de nous a une place singulière et irremplaçable aux yeux du Seigneur. Ecoutons-les et portons sur eux un regard toujours émerveillé pour les aider à se construire ... au besoin en se faisant aider : pastorale des familles, mouvements familiaux, chantiers éducation des AFC, CLER Amour et Famille, conseillers familiaux et conjugaux, etc. N'oublions pas aussi de faire confiance à d'autres lieux où l'enfant, le jeune peuvent trouver des repères : les mouvements de jeunes, les aumôneries, l'enseignement catholique...

A l'ère du genre, il est temps de réconcilier homme et femme, égalité et différence !
C'est pourquoi l'Enseignement catholique, le CLER Amour et Famille, les AFC, le service diocésain de la pastorale des familles proposent le 3 avril 2014 un temps de réflexion et de recul avec les regards croisés de :

  • Catherine Denis, médecin théologienne moraliste et
  • Jean Caron, philosophe, diacre.

Nous vous attendons nombreux pour cette conférence qui sera suivi d'un temps d'échange avec les intervenants.

Isabelle Haniquaut et Odile Rannou

AFC et gender

Les familles des Associations Familiales Catholiques, AFC, ont un pied sur les marches de la Mairie et l'autre sur les marches de l'Eglise.
Nos enfants sont dans les écoles de la république, comme les autres ils y sont imprégnés de l'idéologie du « gender » et, dans le Val de Marne, ils expérimentent pour certains le programme ABCD de l'égalité sans que, nous, parents, en soyons informés.
Mais nous sommes également de l'Eglise ; nous savons que Dieu nous a créés homme et femme, à son image, dès l'origine et non indifférenciés avec une orientation sexuelle à choisir.
Alors ?

Le genre : ni cet excès d’honneur, ni cette indignité

Je ne suis pas un spécialiste du «genre», que l'on aborde la question en termes de «théorie» ou «d'études de...». Mais j'avoue que l'emballement idéologique auquel on assiste à son propos m'inquiète quelque peu. Emballement d'autant plus incompréhensible que personne ne semble parler de la même chose... ni savoir toujours de quoi il retourne au juste. Et qu'il semble exister une infinité d'approches qui, du coup, ne justifient pas le même degré d'opprobre ou à l'inverse d'engouement.

Séparés, Divorcés, Remariés …l’Eglise vous aime !

La séparation, le divorce, sont des séismes dans une existence humaine, dont on ne se remet jamais complètement.
Ils blessent au plus profond de l'être, la vie relationnelle et affective. Et, inévitablement, cette blessure a des échos dans la vie spirituelle.
La prière se fait peut-être plus rugueuse... La relation à Dieu « tout Amour » se trouve fragilisée...
La façon de se situer dans l'Eglise, dans sa paroisse se complique.
Des réalités qui augmentent encore parfois la souffrance.
Tous les hommes, toutes les femmes qui connaissent ces réalités et qui souffrent sont nos frères en humanité.
Ce dossier de C@P veut reprendre la parole d'Espérance de notre évêque qui leur dit un jour : « L'Eglise vous aime et vous y avez toute votre place » !
Pour cela nous avons choisi de reprendre, comme dans une conversation amicale, les paroles de personnes séparées, divorcées, remariées, auxquelles répondent les actions qui se font dans notre diocèse, les paroles d'accompagnateurs et le message de notre évêque : l'Eglise a besoin de vous !

Prières de personnes séparées...

Tous ces textes sont extraits des carrefours et des temps de partage proposés lors des récollections organisées par la pastorale des familles

Merci Seigneur de me donner la grâce, au travers de cette épreuve du divorce, de mes souffrances, de me laisser conduire par l'Esprit, d'avoir accepté mon impuissance pour entrer dans cette relation de confiance que tu m'envoies, à mon tour annoncer la Bonne Nouvelle de la Vie...

Séparée depuis deux ans, divorcée depuis une année. Contente d'être à cette journée. Place à trouver dans la communauté d'Eglise. La place de divorcée n'est pas évidente... Mais ici les témoignages sincères m'ont touchée : douleur, plaie, cicatrice, idée de chemin portés par la prière des autres...

Mon Seigneur et mon Dieu, j'ai répondu à ton appel et aujourd'hui je me retrouve parmi des frères et sœurs divorcés ou séparés, comme moi. Seigneur, je reconnais humblement que j'ai échoué dans la mission que tu m'as confiée : le mariage, car me voici seul aujourd'hui devant toi, sans femme, sans enfant.
Seigneur, je sais que tu m'aimes et avec la force de la foi qui m'habite, je mettrai désormais mon orgueil dans mes faiblesses pour que ta puissance habite en moi, pour que je n'oublie pas que tu me refais confiance et que si je suis tombé, ta main forte me relève !

Avant il y avait un cercle : Dieu, moi et mon épouse. Maintenant il y a un cercle Dieu, moi et les autres. Comme le paralytique je repars avec mon brancard.

Seigneur je te remercie pour les 3 enfants que tu m'as confiés. Je te prie pour ma famille et mon couple qui se défait. Je te confie nos colères, nos souffrances, nos déchirements, nos difficultés. Donne nous la force de surmonter cette épreuve, cette déchirure. Donne nous Ta paix et la joie de choisir Ta vie. Je t'en supplie.

Quelle est ma vocation ? Et pourquoi l'Eglise accepte-t-elle un réinvestissement dans l'amour conjugal sauf en ce qui concerne la sexualité ?

Me voici Seigneur devant toi, abîmée par le divorce mais toujours avec ma dignité de baptisée. Donne moi la grâce de Ton amour pour continuer le chemin avec les hommes et les femmes de ce temps.

En Eglise, on manque d'accueil et d'aide avant la prise de décision de la séparation... On n'en parle qu'après. J'ai fait ce choix de vie pour me libérer, alors que j'avais choisi de me marier. Quand je vais à la messe, j'essaie d'entendre ce qui est positif dans la Parole.

Merci Seigneur pour cet enseignement, cette lecture nouvelle de ta Bonne Nouvelle : « Prends ton brancard et marche ! ». Quel message d'Espérance et de Foi, face à tous nos brancards du passé ou du présent. Merci de nous rappeler de ne pas les laisser à côtés mais bien de les porter et de faire route avec les autres !

SEDIRE : une pastorale ancrée dans les réalités humaines

equipe-sedire-diocese-creteil

Les statistiques sont éloquentes : le nombre de divorces ne cesse de croître depuis les années 1970, en particulier dans les six premières années de mariage. En région parisienne, un couple sur deux est divorcé.

Le divorce est une épreuve personnelle, familiale, relationnelle, voire pour les chrétiens une épreuve ecclésiale et spirituelle dont on ne ressort pas indemne.
Comment l'Église pourrait-elle rester indifférente à ces réalités humaines qui touchent de plus en plus de familles?

Parole d'Evêque

sedire-diocese-creteil01

Nous publions ici de larges extraits d'une homélie prononcée par Monseigneur Santier lors d'une journée de partage et de prière intitulée : Choisir la Vie à l'attention des personnes séparées, divorcées, remariées.

L'Eglise ne se confond pas avec le Royaume qui la déborde. Elle en est la servante. Et le Royaume est appelé à rassembler tous les hommes, bien au-delà de l'Eglise.
Nous avons tous une place dans ce Royaume où chacun est aimé, et a du prix aux yeux de Dieu. Ce qui est un encouragement pour nous tous. Quelles que soient notre situation et notre place dans ce Royaume, nous sommes appelés à en être le signe et les artisans. Même si parfois les communautés chrétiennes paroissiales ne vous ouvrent pas tout l'accueil que vous désirez, Jésus Roi vous tend les bras et il vous appelle en ce monde à être les artisans de ce règne de justice, d'amour et de paix.

Ce règne de paix et de réconciliation, vous pouvez le faire avancer dans votre famille, en accueillant la Paix qui vient du Christ au plus profond de vos cœurs, comme en cette journée où vous avez pris le temps d'écouter sa parole et de prier, de partager.
Ce règne de paix, vous pouvez aussi le faire grandir en famille par des temps d'écoute, des gestes de réconciliation.

Vous pouvez le faire grandir dans les relations avec vos collègues de travail.
Vous pouvez le faire grandir en prenant des engagements dans la société au nom de votre foi, pour qu'en ce monde la justice progresse, le droit des plus pauvres et des exclus soit respecté.

Non seulement vous faites partie de l'Eglise, mais en plus elle a besoin de vous.

Si vous êtes présents aujourd'hui, c'est que vous avez déjà parcouru un chemin pour dépasser certaines blessures. Vous avez fait l'expérience, au cœur même de votre situation familiale, que les bontés du Seigneur pour vous ne sont pas terminées, que l'amour de Dieu est à l'œuvre dans vos vies.

Des mouvements pour aider à cheminer malgré l'épreuve

Les personnes qui ont vécu une séparation sont souvent désemparées et en recherche de nouveaux points de repère sur lesquels s'appuyer pour vivre. Il est important alors de trouver un lieu pour parler et échanger en toute confiance : cela peut se vivre dans un groupe d'entraide, de partage et de prière, tel qu'il en existe dans notre diocèse ; plusieurs mouvements offrent aussi des propositions spécifiques, suivant le désir, la situation, la spiritualité de chacun. La diversité de ces mouvements devrait permettre à chacun(e) de trouver un soutien fraternel et spirituel pour vivre son présent et inventer son avenir.
Dans le Val de marne, certains mouvements sont clairement représentés, d'autres peuvent être rejoints de manière plus informelle...


Mouvements créés par des personnes ayant vécu une séparation :

Renaissance écoute et soutient les femmes dans les premiers temps du divorce
Responsable Ile-de-France : Mme Claude Gras-Perardelle 01-45-06-07-29 email : claude.gras-perardelle@orange;fr

Chrétiens divorcés est une association qui accueille toute personne concernée par le divorce (célibataires ou en couple). Elle offre des lieux d'échange et publie la revue « chrétiens divorcés, chemins d'espérance », journal avec témoignages et articles de fond.
SOS Chrétiens Divorcés 06.84.20.77.80 lundi de 19h à 22h
Secrétariat de Chemin d'Espérance 05 53 41 34 54

La Communion Notre-Dame de l'Alliance accompagne les époux chrétiens qui vivent seuls à la suite d'une séparation ou d'un divorce et qui, s'appuyant sur la grâce du sacrement de mariage, choisissent la fidélité. Dans la foi au Christ et l'amitié fraternelle, ils pressentent que la fidélité à la parole donnée et au conjoint séparé les conduira à la paix. Ils s'engagent ainsi sur le chemin du pardon tout en assumant leurs responsabilités de parents.
Contact Val-de-Marne : M. Bruno Blanchet 01 78 54 36 94 email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site : www.cn-da.org

Mouvements familiaux faisant une proposition spécifique pour les personnes ayant vécu une séparation : 

Amour et Vérité (de la Communauté de l'Emmanuel) propose aux parents seuls des temps de prière, d'enseignement, de partage et, pour les divorcés-remariés, une session à Paray-le-Monial.
Contact Val-de-Marne : Jean-Claude et Agnès Courage : 01-43-74-35-44 email : r Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cana Espérance (de la Communauté du Chemin Neuf), pour les personnes non engagées dans une nouvelle union, et Cana Samarie, pour les couples en nouvelle union, proposent des week-ends à thèmes.
Contact Val-de-Marne : Emmanuel et Michèle Galopin : 01 46 77 42 76 email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Reliance (branche des équipes Notre-Dame) réunit des couples cherchant à vivre leur nouvelle union dans la foi. La pédagogie originelle des équipes Notre-Dame est utilisée, avec une recherche de réconciliation de chacun avec sa première union, ainsi qu'une démarche pour mieux comprendre sa relation avec l'Eglise.
Contact Val-de-Marne pour les équipes Notre-Dame : Antoine et Laure Maréchal : 09 52 36 78 40 email : laureantoine Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mission de France, dans les groupes de parole qu'elle organise, privilégie le récit de chacun. La Mission de France a publié une analyse tirée de la lecture de trente cinq récits : comment se prend la décision du divorce ? Quelles en sont les causes, les conséquences sur la vie personnelle, la vie spirituelle, la vie sociale, sur les enfants ? Ce qui fait obstacle et ce qui aide à « choisir la vie ». La place et le rôle de la foi.
Contact Val-de-Marne: 01 43 24 40 09

Chrétiens divorcés
Secrétariat : 06 13 14 95 44

SOS Chrétiens divorcés : 06 85 99 91 79

Miséricorde et vérité
Miséricorde et Vérité se met au service de l'Espérance qui habite les personnes séparées, divorcées en toute situation pour les aider, avec patience et humilité, à grandir dans la Foi et l'Amour en leur offrant des moyens très simples :
• Partir de leur expérience de la miséricorde et du pardon, de leurs rencontres avec le Christ et son Amour pascal fidèle,
• Utiliser les mots qui ouvrent à l'espérance et parlent au coeur,
• chercher avec eux la vérité dans la Parole de Dieu,
• Les encourager à répondre à leur mission de parents et à oser regarder le lien de leur sacrement de mariage qui ne peut pas mourir

Paroles d'accompagnateurs

LA JOIE D'UN PASTEUR

Ces dernières années, mon Eglise a enfin pris à bras le corps la réalité du divorce. Après le Père Labille qui avait encouragé la création de groupes de paroles pour « les fidèles divorcés », leur permettant de cheminer, de se reconstruire et de se réconcilier, notre évêque le Père Santier demanda à la Pastorale familiale d'organiser chaque année une journée diocésaine de partage, de rencontre et de prière pour les personnes divorcées, séparées, remariées, en promettant d'y participer. Je me souviens de ma joie d'annoncer et de faire annoncer cette « bonne nouvelle » dans les paroisses de mon secteur pastoral : ces personnes n'étaient pas rejetées puisque l'Eglise organisait une journée pour elles et avec elles.

L'année suivante, c'était moi l'intervenant. Le thème de la journée était la confiance, cette confiance si souvent détruite par une rupture, et j'ai parlé sur l'évangile de Bartimée : « Confiance, lève-toi, il t'appelle ! » (Mc 10, 49) Quelle joie de transmettre cet appel aux quatre-vingt personnes qui étaient venues et qui avaient donc commencé à répondre à l'appel de Jésus. Joie aussi de les entendre partager dans les carrefours, l'expérience des unes libérant les autres. Mais joie surtout de vivre cette célébration présidée par notre évêque au cours de laquelle il a appelé et envoyé en mission toute une équipe pour « la pastorale des personnes divorcées, séparées, remariées ». Elles ont en effet toute leur place à prendre dans l'annonce de l'amour de Dieu, non pas malgré leur divorce, mais bien à cause de cette épreuve qui a fait exploser leur vie en mille morceaux et qui leur a fait expérimenter leur fragilité et leur besoin d'être sauvées par un amour inconditionnel.

Jean-Pierre Roche, prêtre

 

Etre une main tendue

L'image de la main tendue est devenu pour moi et plus particulièrement dans ce que je vis avec les divorcés, séparés, divorcés remariés le symbole de ce que nous devons essayer de vivre sur ce chemin de reconstruction .
Etre accompagnant : je vais vers ... il est mon frère en Christ, il souffre, il est isolé, il me faut lui parler, qu'il n'est pas seul. Je sais aussi qu'il va me bousculer dans mes certitudes ; mes repères dans la foi. J'ai peur d'être maladroit, de lui faire du mal en voulant lui faire du bien. Il faut créer un lien entrer en communication, tout en comprenant que je dois me taire, être accueil en silence , la main ouverte, être silencieux mais présent.

Garder une certaine distance, pas d'amitié fusionnelle ; garder une certaine distance afin qu'il garde toute sa personnalité, lui laisser toute sa liberté. Je ne fais rien, je suis patient. Se sentir instrument dans la main de Dieu. On se sait vulnérable, devant ses doutes ses interrogations quelle attitude pour que celui qui se sent exclu, marginalisé, mal aimé sente et comprenne qu'il n'est du dehors et que quelqu'un lui fait confiance Alors lorsque j'ai découvert que la main qui lui avait été tendu dans le silence , ce mot je t'écoute avaient été perçus par celui qui se pensait exclus comme un geste de tendresse humaine qui l'ouvrait à la tendresse de Dieu.

Découvrir que celui que j'accompagne m'aide à faire un pas cde plus dans la Foi, que son histoire me bouscule dans ma vie de chrétien. On a toujours envie d'aller un peu plus loin mais il faut savoir s'arrêter pour découvrir que finalement c'est peut être l'accompagné qui a donné plus que l'accompagnant.

Michel Calmels

Cathos et politique

UN BON CHRETIEN PARTICIPE ACTIVEMENT A LA VIE POLITIQUE

« Un bon chrétien participe activement à la vie politique et prie afin que les politiciens aiment leur peuple et le servent avec humilité ». Telle est la réflexion proposée par le Pape François lundi 16 septembre 2013.

16 mars, journée pour les personnes séparées, divorcées, divorcées remariées

sedire-diocese-creteilVous êtes séparé de votre conjoint, divorcé, divorcé-remarié... la pastorale des familles vous propose une journée de partage et de prière préchée par notre évêque Mgr Santier le dimanche 16 mars au Monastère de l'Annonciade à Thiais.

Renseignements :

  • Jean Delarue 06 74 43 75 25
  • Odile Rannou 01 45 17 22 71
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.