Cathos et politique

UN BON CHRETIEN PARTICIPE ACTIVEMENT A LA VIE POLITIQUE

« Un bon chrétien participe activement à la vie politique et prie afin que les politiciens aiment leur peuple et le servent avec humilité ». Telle est la réflexion proposée par le Pape François lundi 16 septembre 2013.

« Chaque homme et chaque femme qui assume une responsabilité de gouvernement doit se poser ces deux questions : est-ce que j'aime mon peuple pour mieux le servir ? Est-ce que je suis humble au point d'écouter les opinions des autres pour choisir la meilleure voie ? » Si ces derniers, a souligné le Pape, « ne se posent pas ces questions, leur gouvernement ne sera pas bon ».

Les gouvernés doivent cependant eux aussi accomplir quelque chose. Que faut-il donc faire ? « Aucun de nous ne peut dire : cela ne me concerne pas, ce sont eux qui gouvernent. Non, moi je suis responsable de leur gouvernement et je dois faire de mon mieux pour qu'ils gouvernent bien, en participant à la politique comme je peux. La politique, dit la doctrine sociale de l'Église, est l'une des formes les plus élevées de la charité, car cela signifie servir le bien commun. Et je ne peux pas m'en laver les mains : chacun de nous doit faire quelque chose. Mais nous avons désormais l'habitude de penser que l'on doit seulement parler des gouvernants, parler mal d'eux et des choses qui ne vont pas bien ».

NOUS DEVONS PARTICIPER AU BIEN COMMUN

À ce propos, le Pape a remarqué qu'à la télévision et dans les journaux reviennent surtout des « coups de bâton » pour les hommes politiques : on trouve difficilement des observations comme « ce gouvernant a bien agi sur ce point ; ce gouvernant a cette vertu. Il s'est trompé sur cela, en ceci et en cela, mais en cela il a bien agi ». En revanche, des hommes politiques on parle « toujours mal et on est toujours contre. Peut-être le gouvernant est-il un pécheur, comme l'était le roi David. Mais je dois collaborer, avec mon opinion, avec ma parole, également avec mon comportement correct : je ne suis pas d'accord pour cela, pour ceci. Nous devons participer au bien commun. Nous avons parfois entendu dire : un bon catholique ne s'intéresse pas à la politique. Mais ce n'est pas vrai : un bon catholique se mêle de politique, en offrant le meilleur de lui-même, pour que le gouvernant puisse gouverner ».

IL FAUT PRIER

Quelle est alors « la meilleure chose que nous pouvons offrir » aux gouvernants ? « C'est la prière », a répondu le Pape, en expliquant : « C'est ce que dit Paul : prière pour le roi et pour tous ceux qui ont le pouvoir ». Mais « on dira : c'est une mauvaise personne, il doit aller en enfer. Non, prie pour lui, prie pour elle, pour qu'il puisse bien gouverner, pour qu'il aime son peuple, pour qu'il soit humble. Un chrétien qui ne prie pas pour les gouvernants n'est pas un bon chrétien. Il faut prier ». Et cela, a-t-il précisé, « ce n'est pas moi qui le dit. C'est saint Paul qui le dit. Les gouvernants sont humbles et aiment leur peuple. Telle est la condition. Nous, les gouvernés, donnons le meilleur. Surtout la prière ».

LA PUISSANCE DE LA PRIERE EST INESTIMABLE

« J'insiste avant tout pour qu'on fasse des prières de demande, d'intercession et d'action de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d'états et tous ceux qui ont des responsabilités, afin que nous puissions mener notre vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux. Voilà une vraie prière, que Dieu peut accepter, car il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaitre pleinement la Vérité ».

S'IMPLIQUER DANS LA POLITIQUE EST UNE OBLIGATION POUR UN CHRETIEN

S'impliquer dans la politique est une obligation pour un chrétien. Nous chrétiens, nous ne pouvons pas « jouer à Ponce Pilate », nous en laver les mains : nous ne pouvons pas. Nous devons nous impliquer dans la politique, parce que la politique est l'une des formes les plus élevées de la charité, parce qu'elle recherche le bien commun. Et les laïcs chrétiens doivent travailler en politique.
Vous me direz : « Mais ce n'est pas facile ! ». Mais il n'est pas facile non plus de devenir prêtre. Il n'y a pas de choses faciles dans la vie. Ce n'est pas facile, la politique est devenue trop corrompue : mais moi je me demande : elle s'est corrompue, pourquoi ? Parce que les chrétiens ne se sont pas impliqués en politique dans un esprit évangélique ? Avec une question que je te laisse : c'est facile de dire « c'est la faute à untel ». Mais moi, qu'est-ce que je fais ? C'est un devoir ! Travailler pour le bien commun est le devoir d'un chrétien ! Et tant de fois, la voie pour travailler est la politique. Il y a d'autres voies : professeur, par exemple, est une autre voie. Mais l'activité politique pour le bien commun est l'une des voies. Cela est clair.

INITIATIVES DE PRIERE POUR LES POLITIQUES

C'est pour répondre à cette demande du Pape François que certains chrétiens ont lancé des initiatives de prière pour les politiques. Entre autres :

  • L'association Mission Prier Pour les Politiques, MPPP, qui propose de soutenir par la prière mensuelle les responsables politiques de France de niveau territorial ou national quelles que soient leurs appartenances politiques et croyances. Egalement de parrainer personnellement et anonymement par la prière quotidienne chaque responsable politique qui en fait la demande ou qui est choisi par le priant. Cette association organise également une nuit d'adoration à Montmartre tous les trois mois.
  • Le Service Pastoral d'Etudes Politiques crée en 1992 par le Cardinal Lustiger constitue une présence d'Eglise dans le monde politique. Le SPEP est accueilli dans les locaux de la basilique Sainte Clotilde. Le SPEP organise une veillée de prière mariale pour la France et ses dirigeants un soir par mois.
  • « La France en prière » organise régulièrement des neuvaines de prière pour les personnes qui exercent un mandat politique dans notre pays.
  • « Tous en prière » est un mouvement né l'année dernière pour prier pour la France et la famille. Soutenu par de nombreux évêques, il propose des jours de jeûne et de prière
  • + Jour de prière + est né à Lyon fait suite à l'annonce de la visite de notre Président au Pape François, pour offrir une journée de prière dans l'espérance que nos dirigeants prennent plus en compte les préoccupations des français et gouvernent selon la Justice, dans le souci du Bien Commun. Cette initiative est portée par l'association « Les alternatives catholiques »
  • Le Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine, CPDH, propose un calendrier de prière pour que toutes les autorités de France ou d'Europe aient chacune un jour de prière dédié.