La Prière

Une nouvelle traduction pour le Notre Père

Le 3 décembre, premier dimanche de l’Avent, une nouvelle traduction du Notre-Père entrera en vigueur dans toute forme de liturgie.
Les fidèles catholiques ne diront plus désormais : « Ne nous soumets pas à la tentation » mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Cette nouvelle traduction écarte l’idée que Dieu lui-même pourrait nous soumettre à la tentation.

Le verbe « entrer » reprend l’idée ou l’image du terme grec d’un mouvement, comme on va au combat, et c’est bien du combat spirituel dont il s’agit. Cette épreuve de la tentation est redoutable pour le fidèle. Si le Seigneur, lorsque l’heure fut venue de l’affrontement décisif avec le prince de ce monde, a lui-même prié au jardin de Gethsémani : « Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi », à plus forte raison le disciple, qui n’est pas plus grand que le maître demande pour lui-même et pour ses frères en humanité : « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Afin d’accompagner le changement de ce nouveau texte ; des signets seront distribués à toutes les paroisses le week-end précédent, fête du Christ-Roi !

TÉLÉCHARGER LE SIGNET

TÉLÉCHARGER LE PDF EXPLICATIF

La Prière

 Jésus prie

Lorsqu'on parcourt les évangiles, on voit Jésus prier très souvent ; avant d'appeler ses Apôtres, avant la multiplication des pains, lors de la Transfiguration, quand il bénit les enfants, etc. « En ces jours-là, Jésus s'en alla dans la montagne pour prier, et il passa la nuit à prier Dieu ». (Lc 6, 12) L'évangéliste Luc nous rappelle même cette parole de Jésus : « il faut prier sans cesse, sans se décourager » (Lc 18,1). A un disciple qui demande « Seigneur, apprends-nous à prier » (Lc 11,1), Jésus nous enseigne la prière qui est celle, quotidienne, de tout chrétien : le Notre Père. Il nous conseille aussi une prière personnelle : « Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret » (Mt 6, 6).

Les premières communautés prient

C'est donc tout normalement, que les premières communautés chrétiennes se réunissent pour prier : « Ils étaient fidèles à écouter l'enseignement des Apôtres et à vivre en communion fraternelle, à rompre le pain et à participer aux prières. » (Ac 2, 42). La prière devient ainsi comme la respiration du chrétien ; sa foi se nourrit dans ce face à face intime avec son Seigneur.

Cette prière va scander peu à peu toute l'activité quotidienne des premiers chrétiens. St Cyprien, évêque de Carthage, au milieu du 3ème siècle, nous dit déjà : « Il faut prier le matin pour célébrer la Résurrection du Seigneur. De même, quand le soleil se couche et que le jour s'achève, il faut encore prier. Le Christ est le vrai soleil et le jour de ce siècle, nous prions, nous demandons que la lumière vienne néanmoins sur nous ; nous intercédons alors pour que se produise l'avènement du Christ et la révélation gracieuses de la vie éternelle … Le vrai soleil et le véritable jour, c'est le Seigneur »[1].

Les premiers moines et ascètes prient alors sept fois par jour, tandis que le peuple chrétien prie le matin et le soir, ainsi qu'aux veilles de fêtes (vigiles). L'interaction et la fusion de ces deux traditions aboutit à la structure de l'Office divin qui devient réellement la prière de l'Eglise.

La prière de l'Eglise

Le concile de Vatican II, dans la Constitution sur la Sainte Liturgie (SL) précise au n° 84 : « L'office divin, d'après l'antique tradition chrétienne, est constitué de telle façon que tout le déroulement du jour et de la nuit soit consacré par la louange de Dieu. » C'est ce qu'on appelle aujourd'hui la Liturgie des Heures qui n'est pas réservée aux moines et moniales. La Liturgie des Heures est réellement la prière quotidienne de toute l'Eglise à laquelle chaque fidèle est invité à participer : « On recommande aux laïcs eux-même la récitation de l'office divin, soit avec les prêtres, soit lorsqu'ils sont réunis entre eux, voire individuellement ». (SL n°100)

Les moyens actuels

La Liturgie des Heures complète est publiée en 4 volumes, pour toute l'année liturgique, par  Cerf-Desclée-Mame (1980).

Une version plus réduite est publiée par les mêmes éditeurs sous le nom de « Prière du Temps présent ».

Depuis plusieurs années déjà, la Liturgie des Heures est disponible, chaque jour, gratuitement, sur Internet sur le site www.aelf.org. Une application sous Androïd (Breviaire) permet d'en disposer instantanément sur son smartphone ou sa tablette.


[1]    Saint Cyprien, La Prière du Seigneur