Pastorale des migrants et des réfugiés

Initiatives pour l'accueil de réfugiés dans le Diocèse de Créteil - Juin 2017

Les chrétiens du diocèse de Créteil se mobilisent de plusieurs manières pour accueillir et accompagner des réfugiés qui arrivent en Val de Marne, suite aux appels du pape et de notre évêque.

Deux paroisses accueillent une famille de réfugiés syriens

A Vincennes, une famille syrienne, originaire de Homs, a été accueillie le 1 mars dans un logement mis à disposition par la municipalité. Voici un compte-rendu des paroissiens :

Depuis le 1er mars, Suhir et ses enfants sont heureux à Vincennes et leur installation les ravit. Les filles ont déjà fait d’énormes progrès en français. En septembre, elles quitteront l’école de l’Est et ses cours adaptés, pour l’école de l’Ouest au pied de chez elles où elles suivront un cycle normal, l’une en CE2 et l’autre en CE1. Sham (9 ans) a fait sa première communion avec les enfants de Notre Dame de Vincennes le 30 avril. Betra (7ans) a eu la joie de partir en classe verte 10 jours et découvrir un petit coin de la France. Elles aiment énormément aller au centre de loisir où elles retrouvent leurs copines. Aram le petit frère, 7 mois maintenant, est un beau bébé très souriant, il vient d’avoir sa première dent.
Les démarches administratives ont été longues... Le papa a commencé ses démarches pour un rapprochement familial qui n’est pas envisagé avant octobre. Suhir a un peu de mal à parler français mais elle commence à mieux le comprendre ; en septembre elle intègrera un cours de français quotidien, 3 heures par jour, afin de pouvoir, tout en étudiant, assumer son rôle de maman, isolée pour encore un petit moment.

A Charenton, un logement paroissial est proposé à une autre famille syrienne originaire de Homs : un couple et leurs enfants de 13 et 7 ans. Après des mois de préparation, une équipe d'accompagnement est en place. La famille est arrivée dans l'appartement le week-end de Pentecôte.

Cette mobilisation paroissiale a permis à de nouvelles personnes d'être actives dans l'accueil des réfugiés. La joie de l'action concrète est grande. D'autres paroisses réfléchissent à la possibilité de proposer de l'hospitalité suite à ces deux expériences.

homélie de Mgr Santier lors de la Messe en souvenir des aïeux morts en esclavage

Lectures liturgiques : Ac 1, 12-14 ; 1 P 4, 13-16 ; Jn 17, 1b-11a.

Chers amis de la Guyane, de la Martinique et de la Guadeloupe,
Vous êtes très fidèles à célébrer chaque année la mémoire de vos aïeux qui ont vécu l’esclavage.

Faire mémoire, ce n’est pas seulement se souvenir du passé mais le rendre présent, actuel, pour que cet avilissement de la condition humaine soit combattu et pour que soient arrachés, jusqu’à la racine, ces réflexes du racisme, de l’antisémitisme, toute haine entre croyants de toute religion ou entre des cultes différents.

A chaque Eucharistie nous faisons mémoire, comme ce soir, des souffrances, des humiliations qu’a subies Jésus, de sa mort et de sa résurrection, comme le faisaient les apôtres et les femmes avec Marie au Cénacle, qui persévéraient dans la prière.

L’apôtre Pierre ose dire dans la seconde lecture :

Dans la mesure où vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera.