Welcome 94 : témoignages sur l'accueil des demandeurs d'asile

Témoignage d'Espérance Loumagne et Luc Joanicot, famille d'accueil dans le secteur Val-de-Bièvre

Oui nous avons dit présents, oui nous avons souhaité accueillir un migrant. Une vraie chance !

Nous avons entendu l’appel lancé par Mary Gorgette il y a 3 ans déjà à St Léonard en cette Journée mondiale du migrant et du réfugié.
Nous souhaitions être un relais, un maillon dans le réseau Welcome 94 créé dans le diocèse de Créteil inspiré et en lien avec JRS(Service Jésuite des Réfugiés) ; C’est une association qui lutte contre l’isolement et l’exclusion sociale des personnes déplacées de force de leur pays d’origine. Elle accompagne les demandeurs d’asile et les réfugiés, elle souhaite les servir et de défendre leurs droits, au travers de programmes concrets fondés sur l’action de terrain : solutions effectives d’hospitalité et d’hébergement temporaire, des solutions d’accompagnement juridique et d’intégration culturelle et professionnelle.
Pour nous, il était urgent pour nous de pouvoir apporter notre goutte d’eau car nous ne pouvions agir seuls face cette question difficile qu’est l’immigration. C’est culpabilisant d’écouter et lire les nouvelles sur ces drames humains sans agir. Quelle place pouvions-nous donner à l’étranger dans notre vie ?

Welcome 94 nous a permis d’agir avec prudence dans un cadre qui s’appuie sur l’expérience de l’Eglise tout en ne faisant pas de prosélytisme.

Se mettre en résonance de la « Parole » et du message du pape François, continuer d’être fidèles à nos convictions profondes de nos débuts. Nous nous étions promis comme projet de vie deux mots : accueillir et rencontrer.

Accueillir ceux que nous aimons, mais aussi ceux qui sont placés sur notre route ; Elargir l’espace de notre tente ! Pour citer une parole bien connue.
C’est ainsi que nous avons appris à découvrir Gerghis un érythréen un gars simple et discret qui n’acceptait pas le régime d’enfermement de son pays et s’est échappé. Mais que d’embûches sur son chemin il a persévéré pendant 3 ans avant de trouver le réseau. Quand nous l’avons vu il était épuisé il a eu besoin d’une semaine complète de repos et rapidement il a pu obtenir grâce à l’énergie des uns et des autres son statut de réfugié. Il est reparti avec le désir de prendre sa place dans notre pays. Toujours grâce au réseau il a trouvé une maison où il pourra être soutenu encore un temps, le temps de maîtriser la langue française, il souhaiterait être cuisinier ;

Actuellement, Mamadou est notre hôte. Il est de Guinée Conakry et nous apprenons avec lui à voir avec un regard neuf ce qui nous entoure. Tous les jours il nous fait part de ses étonnements et découvertes et c’est un bonheur de le voir s’étonner sur tout ce qui fait notre quotidien ;

Noël était une belle occasion de dialoguer car Mamadou est musulman. C’était son premier Noël il est venu chanter et prier avec nous à St Léonard et faire la fête ensuite. Nous avons pu retrouver Cécile et Eric , nos amis qui appartiennent aussi au réseau et qui l’accueilleront à leur tour.

Ces rencontres exceptionnelles, ce passage de relais, permettre l’accueil pour tous, ces nouvelles amitiés que nous tissons tout cela nous parle de l’amour inconditionnel de Dieu pour chaque homme et chaque femme, et nous permettent d’œuvrer pour le Royaume.

N’ayez pas peur, vous pouvez confier votre clé en toute confiance !

 

Témoignage de Diane Rannou, famille d'accueil dans le secteur Saint Maur

J’ai 17 ans, j’habite à Saint-Maur-des-Fossés. Je suis la dernière d’une famille de quatre enfants. Ma grande sœur et un de mes grands frères sont partis de la maison. Donc je vis avec mes parents et mon autre frère.

Lorsque j’ai vu dans la presse qu’il y avait des migrations de masse et beaucoup de demandeurs d’asiles sans logement en France, ayant une grande maison, j’ai directement demandé à mes parents si l’on pouvait accueillir l’un d’eux.

Au départ mes parents étaient sceptiques, mais j’ai réussi à les convaincre avec cet argument : « être chrétien c’est pas juste aller à la messe ». Et après avoir rencontré Welcome en novembre 2016, nous avons accueilli Abdella en septembre 2017, un jeune Érythréen de 21 ans.

Il avait déjà été dans d’autres familles de Saint-Maur et il était habitué. Les premiers jours, nous avons essayé de communiquer avec lui mais n’ayant pas encore eu de cours de français, cela était très difficile pour lui et pour nous. Donc mon frère et moi étions sur Google traduction à essayer de traduire des mots en arabe puisque sa langue maternelle n’existe pas sur cette application.

Abdella s’est bien intégré à la famille, il est très serviable. Il part souvent tôt le matin et revient le soir à l’heure du dîner. Lorsqu’il ne rentre pas manger ou dormir, il nous prévient la veille. En ce moment, c’est la 2ème fois qu’Abdella est à la maison, son niveau de français a évolué : il a des cours 3 jours par semaine.

Accueillir un migrant chez soi peut faire peur à cause de tous les préjugés mais au final c’est une expérience humaine, que tous ceux qui ont la possibilité de le faire, devrait vivre.

Le fait d’aider une personne dans le besoin rend heureux. Abdella est parti d’Erythrée il y a 3 ans et il n’a toujours pas revu sa famille. En quelque sorte en l’accueillant dans ma famille j’espère combler ce manque qu’il doit ressentir.

J’espère que nous aurons la chance d’accueillir un autre migrant dans le besoin.