Paroles d’évêque

Peut-on fêter les Rameaux sans fêter Pâques ?

Les branches vertes qui sont bénies lors de la célébration des Rameaux, nous les levons pour acclamer Jésus qui entre à Jérusalem.
Ces rameaux, nous les emporterons chez nous à la maison, comme signe de protection, car nous sommes dans un monde qui vit dans la peur et l'insécurité.
Mais ce n'est pas le rameau béni fixé sur le crucifix qui nous protège, c'est Jésus lui-même, qui a donné sa vie pour nous, sur la Croix.
La croix, elle n'est pas signe de provocation, elle le signe de l'amour !
En regardant la Croix, nous sommes invités à risquer notre vie, à la donner, en vivant le service de nos frères, compagnons d'humanité.

Après la procession des Rameaux, nous sommes entrés dans l'Eglise et avons écouté le récit de la Passion.
Bien qu'innocent, Jésus a été condamné au supplice sur la croix, mais il a fait de cette injustice un don, une offrande d'amour pour chacun de nous !
Jésus dans sa Passion, jusqu'au bout, est demeuré un témoin de la Paix ; il a pardonné à Pierre et à ses bourreaux. Sur la Croix, Jésus a vaincu la haine et la violence. Désormais l'amour a le dernier mot !
Si le monde tient encore, ce n'est pas grâce aux grands empires financiers... C'est grâce à tous les hommes, à toutes les femmes qui prennent des risques, qui donnent de leur temps au service des plus faibles, des exclus, et qui les aident à se relever et à retrouver leur dignité.

Les Rameaux, au début de la Semaine Sainte, annoncent que de l'arbre de la Croix jaillira la vie, une nouvelle création.
Ce passage de la mort à la vie, les futurs baptisés, 108 (adultes) pour notre diocèse, 3.000 en France, le vivront lors de la Vigile pascale.
Avec eux voulons-nous, nous aussi accepter que dans nos vies, les difficultés, les échecs puissent être un passage pour vivre autrement, pour renaître à une nouvelle vie plus humaine et plus heureuse ?
Ce passage, Jésus l'a vécu en premier et il nous entraîne à sa suite. Ayons confiance.

Joyeuses Pâques à tous les catholiques et à tous les chrétiens - car cette année nous fêterons Pâques le même jour - joyeuses Pâques à tous les habitants du Val-de-Marne !

 

+ Michel Santier
Evêque de Créteil

Avant les élections municipales

A tous les catholiques du Val-de-Marne, j'adresse un appel en vue des prochaines élections municipales des 23 et 30 mars 2014.
Ne restez pas indifférents à ce vote qui conditionne la vie quotidienne de nos communes.
Voter est non seulement une liberté mais aussi un devoir, non seulement un choix individuel mais aussi une participation nécessaire à une existence harmonieuse entre tous. Nous sommes appelés à vivre ensemble, sans nous replier sur nous-même !

C'est pourquoi je vous invite à promouvoir le bien commun avant les intérêts particuliers, puisque Dieu notre Père nous a confié sa création renouvelée par le Christ.
Je salue tous ceux et celles qui terminent leur mandat et celles et ceux qui, avec un esprit droit, se portent candidats à ces élections.
Dans les programmes, quelques points d'attention sont à considérer, compte tenu de la situation dans notre département :

  • Quels sont les projets pour le logement, et d'abord pour les plus précaires ?
  • Quelles sont les mesures envisagées pour soutenir les familles, et d'abord les plus fragiles ?
  • Quelles sont les propositions pour accroître et enrichir le lien social avec une ouverture à la diversité culturelle ?
  • Quels sont les engagements sur la fiscalité locale et la vie économique, afin que la vie de chaque personne soit facilitée, encouragée, si possible améliorée ?

Evêque de Créteil, je vis près de vous, avec vous et comme vous.
Je connais les difficultés comme les merveilles de notre banlieue.
Allons de l'avant, avec foi, courage, tranquillité. N'ayons pas peur, ni des étrangers ni de nous-mêmes, ni des jeunes qui bougent ni des vieux qui se sentent parfois trop isolés. La vie nous bouscule, mais c'est la vie.
Voter est un acte de confiance pour tous. C'est le service du prochain que Dieu nous demande. « Aimons-nous les uns les autres. » (I Jn 4, 7)

 

Michel Santier
Votre évêque