Paroles d’évêque

le 12 octobre, nous entrons en synode

Chers amis du Val-de-Marne,

Chers diocésains du diocèse de Créteil,

affiche-synodeL'Eglise catholique ne vit pas pour elle-même, pour ses structures et son organisation ; par vocation elle est tournée vers le monde, à l'écoute de Dieu mais aussi des hommes et des femmes de ce temps. Elle aspire à la rencontre avec la société, avec les chrétiens des autres confessions, avec les croyants de toutes les religions, avec l'ensemble des cultures, à travers la diversité des générations.

Pour y parvenir, elle est conviée au dialogue et au débat en son sein. C'est l'expérience que nous allons vivre, ensemble, à travers un synode diocésain. Je vous invite à venir l'ouvrir solennellement, avec moi, le dimanche 12 octobre prochain, à 16h30, au Palais des Sports de Créteil.

Le mot synode, spécifique du langage ecclésial, signifie « faire route ensemble », parce que la foi ne se vit pas seul mais avec d'autres, en Eglise. Une Eglise ouverte à tous ceux qui, plus largement qu'elle, s'interrogent sur le sens de la vie.

Si le diocèse a déjà vécu, dans un passé récent, des démarches synodales comme « A la croisée des chemins », « Compagnons d'humanité », ou des dynamiques telles qu'Ecclesia et Diaconia, le synode diocésain auquel je vous convie est une expérience d'Eglise unique où l'évêque donne la parole à tous les baptisés. Aujourd'hui j'ai besoin que chacune, chacun d'entre vous, sous la conduite de l'Esprit saint, m'aide à imaginer le meilleur pour l'annonce de l'Evangile en Val-de-Marne. Car comment pourrions-nous renoncer à faire connaître Celui qui nous fait vivre ?

Le thème choisi pour ce synode est « Avec Lui, prendre soin les uns des autres et partager à tous la joie de l'Evangile.» C'est l'invitation même du pape François dans son exhortation sur la nouvelle évangélisation. « Nous tous les chrétiens, petits mais forts dans l'amour de Dieu, comme saint François d'Assise, nous sommes appelés à prendre soin de la fragilité du peuple et du monde dans lequel nous vivons» (EG. 216)

Cette expérience d'Eglise, de fraternité, se déroulera en deux temps : d'abord au sein des équipes synodales, partout à travers le diocèse, puis, plus solennellement, lors de l'assemblée synodale qui réunira vos délégués.

Elle se concrétisera donc d'abord au sein des équipes synodales où vous êtes tous invités à convier des amis, des voisins, des collègues de travail, croyants ou non-croyants. Vous pourrez y échanger entre vous sur ce que vous avez déjà vécu du « prendre soin les uns des autres » dans vos familles, dans les quartiers, le milieu de travail, en paroisse et dans la société. Vous pourrez aussi réfléchir à la manière dont l'Esprit invite notre Eglise à aller encore plus loin sur ce chemin.

Dans cette expérience, il ne s'agit pas de se précipiter vers des solutions toutes faites mais d'abord de se laisser interroger par ceux qui traversent des épreuves. Car écouter celui qui souffre et qui pleure, c'est faire la rencontre de Jésus lui-même : « A chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait » Mt 25, 40.
Au cœur des équipes synodales, nous allons être conduits à vivre une véritable expérience spirituelle et une expérience de la fraternité dont la source est l'Evangile : « C'est à l'amour que vous aurez les uns pour les autres qu'on vous reconnaîtra pour mes disciples » Jn 13, 35. Cette expérience vous la vivez déjà au sein de vos paroisses, dans vos mouvements, groupes de spiritualité ou de prière.

Elle s'appuie sur une longue tradition de présence évangélique des chrétiens dans l'Est parisien. C'est pourquoi j'ai choisi de faire coïncider le lancement de notre synode diocésain avec les célébrations du 50e anniversaire de la mort de Madeleine Delbrêl, grande figure spirituelle du XXe siècle, témoin du Christ dans notre diocèse, dont le procès en béatification est engagé. A son école, je nous invite à retrouver le sens du témoignage de vie évangélique dans une société déchristianisée.

Ce que vous allez partager ainsi, jusqu'à l'été 2015, sera recueilli par le secrétariat général du synode qui, avec d'autres, cherchera à en faire apparaître les points de convergence, les audaces prophétiques, les appels à aller de l'avant et à ouvrir des pistes nouvelles pour faire découvrir à nos frères et sœurs en humanité qu'ils sont aimés de Dieu.

Cette relecture servira de base de réflexion à l'assemblée synodale proprement dite qui se réunira à partir de l'automne 2015. Elle sera composée de membres élus des paroisses, mouvements et services ainsi que de membres de droit dans la diversité de la communion qui se vit dans notre Eglise.

Les trois sessions de l'assemblées synodales, portées par notre prière commune, offriront à ses membres, à travers une grande liberté de parole et une écoute attentive les uns les autres, de discerner ce que l'Esprit-Saint dit aujourd'hui à notre Eglise et ce qu'il nous invite à entreprendre. A charge pour l'assemblée synodale de le traduire en orientations diocésaines qui seront votées et soumises à votre évêque.

« Le monde est en feu, disait sainte Thérèse d'Avila, ce n'est pas le moment de s'occuper de choses insignifiantes ». Oui, le monde est en feu et il a besoin d'hommes et de femmes qui se laissent rejoindre personnellement par le Christ, pour proposer à leurs frères de partager la «Joie de l'évangile» qui transformera leur vie. Et cela, en participant à la construction d'un monde plus juste, un monde de paix, un monde plus fraternel.

Le synode auquel je vous invite culminera le 16 octobre 2016 dans une grande fête qui marquera le 50ème anniversaire de la fondation du diocèse de Créteil. Au cours de cette célébration, seront annoncées les orientations diocésaines, issues de la réflexion des équipes et de l'assemblée synodale. Elles traceront notre chemin commun pour les années à venir et seront mises en application dans les secteurs, paroisses, mouvements et services.

Le synode, c'est l'affaire de tous les baptisés qui ont donné leur foi au Christ et de tous ceux qui veulent partager leur espérance. Aujourd'hui je vous y invite. J'ai besoin de vous pour qu'il porte beaucoup de fruits.

Monseigneur Michel Santier
Votre évêque

Communiqué de Mgr SANTIER

Chers Diocésains,
Chers Amis du Val-de-Marne,

En cette période de vacances, où vous prenez, pour ceux qui le peuvent, un repos bien mérité, l'actualité vient nous bousculer.

Nous partageons l'inquiétude de beaucoup de palestiniens de Gaza et de juifs d'Israël, vu le nombre des victimes qui ne cesse d'augmenter dans le conflit qui oppose le Hamas à l'armée israélienne. Nous entendons l'appel de la population civile qui aspire à la Paix et nous prions le Seigneur de susciter des artisans de justice, de paix et de réconciliation, pour que les combats s'arrêtent au plus tôt. Ne nous décourageons pas, sur place vivent des artisans de Paix. Nous regrettons que le soutien aux palestiniens se transforme, à cause de quelques extrémistes, en actes antisémites tout à fait intolérables. Le conflit israélo-palestinien est un conflit politique, et n'a pas à se transposer ici en France, ni à entamer les relations fraternelles qui se vivent ici entre les responsables religieux catholiques, chrétiens, juifs et musulmans. Continuons à les développer et à poursuivre le chemin du dialogue.

A ces difficultés s'ajoute le crash de l'avion au Mali, qui a fait de nombreuses victimes dont 54 français. Je m'unis à la peine de toutes les familles éprouvées et me joins à l'épreuve de notre pays qui leur manifeste sa solidarité.

Mais je ne voudrais pas que passe sous silence la situation des chrétiens en Irak, particulièrement à Mossoul ; les media commencent à en parler. Il est intolérable qu'un pouvoir qui instrumentalise la religion puisse ainsi s'attaquer à une population à cause de son appartenance religieuse alors qu'elle est présente sur cette terre depuis les premiers siècles, le droit à la liberté religieuse est bafoué, le droit à posséder une terre familiale est piétiné, leurs maisons et leurs églises brulées.

« Quand un membre souffre, tout le corps souffre avec lui. » 1 Cor 12, 26

A la suite de l'appel du cardinal Barbarin, des manifestations de samedi à Lyon, à Paris ce dimanche, je souhaite que l'opinion se mobilise pour défendre aussi ces chrétiens d'Irak dont certains ont été accueillis en France, après l'attentat de la cathédrale de Bagdad. Les diocésains de Créteil s'étaient profondément mobilisés pour cet accueil. L'état français vient d'exprimer son souhait d'accueillir ceux qui sont obligés de quitter leur pays. Je souhaite exprimer à nos frères chrétiens d'Irak toute notre solidarité et à tous ceux qui souffrent dans ce pays. Nous les assurons de notre prière.

Je vous invite à prier particulièrement pour eux le dimanche 3 août, lors de la Prière Universelle, dans toutes les paroisses.

Fraternellement

+ Michel SANTIER
le 29 juillet 2014

Pour faire un don :

  • L'œuvre d'Orient : 20 rue du regard 75278 Paris Cedex 06 – www.oeuvre-orient.fr
  • L'aide à l'Eglise en Détresse : 29 rue du Louvre CS 30057 78750 Mariel-Marly - www.aed-france.org
  • Secours Catholique- Caritas : Délégation du Val-de-Marne 237 rue du Général Leclerc 94000 Créteil,  www.secours-catholique.org
  • CCFD : Délégation du Val-de-Marne 101 rue Chéret 94000 Créteil

L'Evangile est un message qui ne vieillit pas

monseigneur-santier-eveque-diocese-creteilL'année pastorale qui vient de s'écouler a été riche en événements et vous avez été nombreux à donner le meilleur de vous-même. Je me réjouis et vous remercie.

Durant le mois de juin, nous avons vécu trois magnifiques confirmations d'adultes à Choisy-le-Roi. 220 personnes étaient confirmées. L'enjeu désormais pour toutes les communautés est de savoir accueillir ces personnes pour les aider à trouver durablement leur place.

Autres motifs de grande joie : le 22 juin les ordinations sacerdotales à Notre-Dame de Paris de Gilles Eslinger, Sylvain Fossouh Kouakou, Sâm Antoine Nguyen et Serge Odjoussou. Quatre nouveaux prêtres pour notre diocèse, c'est un cadeau inestimable.Tout comme l'ont été cette année, les huit hommes ordonnés pour le diaconat permanent et les laïques envoyées en mission ecclésiale.
Tout cela est le signe que le Seigneur appelle toujours ! Quelle joie !

L'Evangile est un message qui ne vieillit pas, un message de bonheur qui mérite qu'on lui consacre sa vie, quelle que soit la vocation à laquelle on est appelé.
Notre Eglise diocésaine est bien vivante.
Nous devrons réfléchir ensemble à la question : « comment prendre soin les uns des autres pour porter à tous la Joie de l'Evangile ? ». C'est tout l'enjeu du Synode que j'ai décidé de convoquer à la rentrée.

En attendant je souhaite à chacun de belles vacances.
Puissiez-vous trouver un oasis de Paix et de silence pour puiser à la source et trouver des forces pour un élan missionnaire renouvelé.
Bel été à tous !

Michel Santier
Votre évêque

En avant pour un synode diocésain !


Avec LUI, prenons soin les uns des autres, pour porter à tous la joie de l'Evangile

Lors de la messe chrismale, Mgr Santier a annoncé officiellement la tenue d'un synode diocésain. Nous reproduisons ici de larges extraits de son intervention, à la fin de la cérémonie. Revivez cet événement sur le site du diocèse.

J'ai une annonce importante à faire. Ce soir, je décide l'ouverture d'un synode pour le diocèse de Créteil !
L'ouverture aura lieu le 12 octobre et coïncidera avec le 50ème anniversaire de la mort de Madeleine Delbrel.
La célébration d'envoi se tiendra quant à elle, en octobre 2016 avec la fête d'action de grâces pour les 50 ans du diocèse de Créteil.
Nous aurons donc deux années de travail.

Qu'est-ce qu'un synode ? 

Odos en grec, signifie le chemin. Avec un synode, nous sommes tous invités à faire route ensemble vers le Christ !
Il existe des « synodes des évêques » que convoque le pape, pour l'Eglise universelle, comme le synode extraordinaire sur la famille, par exemple. Mais il existe aussi des synodes diocésains durant lesquels l'évêque se met à l'écoute de l'Esprit-Saint, à l'œuvre dans le cœur des fidèles. Avec eux, il essaie de discerner comment l'Esprit parle à son Eglise, aujourd'hui.

Je n'ai pas décidé tout seul, la tenue du synode. J'ai consulté les différentes instances du diocèse, qui ont donné leur accord : le Conseil épiscopal, le Conseil presbytéral, l'ensemble des responsables de secteurs, le Conseil pastoral diocésain, le Conseil de l'apostolat des laïcs, le Conseil des diacres permanents, le Conseil des laïcs en charge de misison ecclésiale...
J'ai demandé à une « équipe de préparation » de réfléchir sur un thème que je suis heureux d'annoncer ce soir : « Avec LUI (le Christ !), prenons soin les uns des autres, pour porter à tous la joie de l'Evangile ».

Prendre soin, cela renvoie bien sûr à la très belle expérience vécue l'an dernier : « Diaconia – Servons la Fraternité ».
Mais prendre soin, c'est aussi la constante invitation du Pape François dans sa lettre « La Joie de l'Evangile ».
Prenons soin de tous les acteurs pastoraux (n'oubliez pas, je vous ai invités ce soir, à prendre soin de vos prêtres !), des familles, des chrétiens qui s'engagent dans la société au service du bien commun, des personnes les plus fragiles... A la suite du Christ, nous avons à leur annoncer la joie de la Bonne Nouvelle !

Nous prendrons TOUS le temps de la réflexion. Car vous serez TOUS invités à participer à travers des équipes synodales qui se créeront dans le diocèse. De ces équipes seront élus des membres (250 à 300) qui, avec les membres nommés, formeront les assemblées synodales. Ce sont ces membres qui donneront à l'évêque - qui décidera - les orientations pour partager à tous la joie de l'Evangile, (le second volet du thème du synode).

Ce qui nous attend est une tâche immense.
Mais l'Esprit ne fait jamais défaut à son Eglise qui l'implore.
Rendons grâce à Dieu !

+ Michel Santier
Votre évêque