La Famille

ASSOCIATION FAMILIALE CATHOLIQUE

logo-afc-valdemarneLes Associations Familiales Catholiques sont les seules associations à être officiellement reconnues par l'Eglise et par la société civile.
On peut dire que les familles des AFC ont, à la fois, un pied sur les marches de la Mairie et un pied sur celles de l'église.

Les Associations Familiales Catholiques sont un cadre d'engagement et d'entraide offert à tous ceux qui veulent agir dans la société au service de la famille à la lumière de l'enseignement de l'Eglise Catholique.

Le MSV ? c’est quoi ?

logo-msv-pastorale-familleDerrière ce sigle énigmatique se cache un mouvement qui s'adresse aux femmes qui ont perdu leur mari, pour certaines depuis longtemps, pour d'autres plus récemment.

A côté du soutien, de l'affection de notre entourage le mouvement se veut lieu d'écoute, d'échange, de partage car qui peut mieux comprendre notre désarroi, notre chagrin, notre solitude que celles qui vivent la même expérience ? Grâce à la simplicité des relations de belles amitiés se nouent.

Journée de partage et de prière du 22 mars

« Avec lui, prendre soin » animée par le Père Guy Sionneau

journee-partage-pastorale-famille-diocese-creteilEnviron cinquante participants, dont certains avaient vécu le week-end SeDiRe fin janvier

Au cours de la journée du 22 mars, « Avec lui prendre soin », Guy Sionneau a lui aussi puisé dans la Parole de Dieu, mais aussi dans la Tradition de l'Eglise : Vatican II « il n'est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans le cœur des disciples du Christ » (GS) ; Benoît XVI « je ne peux avoir le Christ pour moi seul, je ne peux lui appartenir qu'en union avec tous ceux qui sont devenus ou qui deviendront les siens » (Deus caritas est N°17) ; François « Nous parvenons à être pleinement humain quand nous sommes plus qu'humains, quand nous permettons à Dieu de nous conduire au-delà de nous-mêmes pour que nous parvenions à notre être le plus vrai » (Joie de l'Evangile N°8) et « La proclamation de l'Evangile sera une base pour rétablir la dignité de la vie humaine » (Joie de l'Evangile N°75)
Pour prendre soin, il s'agit de poser l'acte de croire en l'homme. Nous avons été invités à méditer à travers la Bible l'engagement de Dieu, et à ordonner notre vie en référence à l'unique modèle Jésus.

Les trois témoignages qui ont introduit notre réflexion, par l'implication des personnes qui ont pris la parole, ont pu résonner dans le cœur des participants :

  • deux membres de la Communion Notre Dame de l'Alliance (CNDA) ont dit, chacun à leur manière, comment ils ont pu « recevoir des soins » mais aussi prendre soin au sein de la CNDA
  • une femme nous a livré ce que le divorce lui a fait traverser comme questions, épreuves, combats, mais aussi appels à « rester branchés » sur l'amour du Père .

Là aussi nous avons pu partager en petits groupes comment ce « prendre soin » fait écho dans notre histoire, notre vécu du divorce, comment on a pris soin de moi, ou comment j'ai attendu un soin qui n'est peut-être jamais venu, comment l'expérience du « prendre soin » m'a rendu(e) plus sensible aux autres, et quel chemin spirituel m'a fait faire cette expérience du prendre soin.

Laissons la parole aux participants, qui ont pu écrire et confier leur prière au Seigneur, prières que nous pouvons reprendre avec eux :

Je te rends grâce, Seigneur, pour toutes les personnes que j'ai rencontrées sur ma route depuis ma séparation et qui m'ont donné la force de poursuivre le chemin malgré la fatigue
Merci, Seigneur, pour ces petits pas sur le chemin de guérison où tu nous accompagnes, c'est ton amour dans lequel je baigne parfois sans le savoir qui me permet de continuer dans la confiance à lever mon pied « déséquilibré » et à la reposer plus loin.
Merci, Seigneur, de me rappeler chaque jour que je suis merveille à tes yeux, que pas un de mes cheveux ne tombe sans que tu le permettes, merci de prendre soin de moi et merci de me permettre de prendre soin des autres.
Merci, Seigneur, pour toutes ces rencontres cumulées d'année en année où nous constatons et réaffirmons que tu nous aimes à travers nos épreuves.
Merci pour tous ces gens cabossés par la vie qui ont à leur tour pris soin de nous et nous amènent à faire de même.
Merci à Guy pour ses apports, merci aux personnes qui ont témoigné, merci à notre évêque de sa présence.
Seigneur, je te loue pour cette démarche en Eglise, pour ceux et celles qui s'y investissent, et je te prie pour changer le regard et la condition des divorcés dans l'Eglise universelle.
Seigneur, aide-moi à poursuivre le chemin qui mène vers Toi dans mon quotidien, dans ma relation aux autres, donne-moi la force et le courage nécessaire pour ce cheminement.
Seigneur, merci de ta présence compréhensive, apaisante et miséricordieuse auprès des personnes qui vivent le divorce : elles témoignent du réconfort que tu leur prodigues.

Journée diocésaine des Equipes Notre Dame 15 mars 2015

Le Père Caffarel, un message vital pour notre couple aujourd'hui

pere-caffarel-diocese-creteilPlus que le fondateur des Equipes Notre Dame, c'est un passionné de Dieu que nous a donné de découvrir le Père Marcovits (1) le 15 mars dernier. Le Père Caffarel fut un homme saisi par Dieu, à l'écoute des personnes qui l'entouraient.

De 4 couples mariés qui cherchaient comment grandir spirituellement en couple, sont nées les Equipes Notre Dame mais surtout toute la réflexion du Père Caffarel sur le sacrement de mariage.

Comme le dit la prière pour sa béatification il a été un « Prophète pour notre temps, il a montré la dignité et la beauté de la vocation de chacun selon la parole que Jésus adresse à tous :"Viens et suis-moi." Il a enthousiasmé les époux pour la grandeur du sacrement de mariage qui signifie le mystère d'unité et d'amour fécond entre le Christ et l'Église.
Il a montré que prêtres et couples sont appelés à vivre la vocation de l'amour. Il a guidé les veuves : l'amour est plus fort que la mort. Poussé par l'Esprit, il a conduit beaucoup de croyants sur le chemin de la prière »

Son leitmotiv était : « Cherchons ensemble ». Jamais il n'a dit, je vais vous dire ce qu'il faut faire. Il était à l'écoute. Dans les demandes des couples, il entendait un appel du Seigneur. Avec eux, il discernait la volonté de Dieu...

Equipiers, couples amis, nous avons été sensibles à cet appel à écouter l'Esprit qui habite et agit en chacun de nous. Les échanges en petits groupes nous ont permis de percevoir comment à notre manière nous étions touchés par cet homme.

Ensemble, à sa suite, continuons d'être à l'écoute des couples, des veufs et veuves, des personnes séparées...
Soyons des chercheurs de Dieu

Cherchons ensemble...

(1) Père Paul-Dominique Marcovits op, postulateur de la cause de béatification du Père Caffarel et ancien conseillé spirituel national des Equipes Notre Dame.

Fioretti du Père Caffarel

« Un vrai foyer chrétien, c'est une grande œuvre de Dieu, l'éclat du Sacrement de Mariage est le reflet de l'immense tendresse qui unit le Christ à l'Eglise. »

« Votre foyer rendra témoignage à Dieu de façon plus explicite encore s'il est l'union de deux « chercheurs de Dieu » selon l'admirable expression des psaumes. Deux chercheurs dont l'intelligence et le cœur sont avides de connaître, de rencontrer Dieu. »

« L'amour va beaucoup plus loin qu'on ne pensait... c'est son être profond, son moi intime qu'il faut livrer, et pour cela, le découvrir tel qu'il est, avec ses richesses et ses misères. Et ce n'est pas seulement non plus aux heures où il est délicieux de recevoir, mais à chaque instant, qu'il faut se faire accueillant à la présence, aux paroles, au don d'un autre. »

« A titre personnel, comme foyer, dans votre amour et dans votre mission : soyez exigeants, vous ne décevrez jamais ! »

La préparation au mariage dans le contexte de la nouvelle évangélisation

La préparation au mariage est un enjeu important pour l'Eglise de demain et figure à ce titre dans les sujets en réflexion pour le synode sur la famille.

Mais déjà depuis mars 2012, un groupe d'évêques - dont Mgr Santier – avait commencé une réflexion d'abord très large sur les sacrements qui a été rapidement orientée vers la préparation au mariage. Les réflexions de ce groupe ont donné lieu à la rédaction d'un texte qui a été repris dans un document épiscopat il y a moins d'un an (n°7/2014) : la préparation au mariage dans le contexte de la nouvelle évangélisation.

Ce document, le conseil épiscopal a souhaité le diffuser largement dans notre diocèse : auprès des prêtres, des diacres et des équipes de préparation au mariage. Ce document, beaucoup l'ont eu, sous forme papier et il est téléchargeable.

La journée du 19 mars 2015 avec les prêtres était consacrée à l'approfondissement de ce thème avec une théologienne, Hélène Bricout, de l'Institut Catholique de Paris. La journée était conjointement préparée par l'équipe de la formation permanente des prêtres et l'équipe diocésaine de la pastorale du mariage.

La journée avec les prêtres a commencé par un éclairage historique : la pastorale de la préparation au mariage semble avoir toujours posé problème dans l'histoire de l'Eglise comme en témoigne un écrit du 18èmesiècle. Le mariage est une réalité anthropologique que l'on a toujours du mal à articuler avec sa réalité sacramentelle.

Puis, depuis les années 70, une « préparation au mariage » s'est progressivement mise en place dans le prolongement des mouvements de couple sous l'impulsion du P. Caffarel et des Equipes Notre Dame.

Aujourd'hui, il semble primordial que les futurs mariés entendent parler de la manière concrète de vivre le sacrement de mariage par ceux qui le vivent. Il faut une parole témoignant que la vie conjugale comme projet de vie humaine et chrétienne est porteuse de sens et de dynamisme.

Plusieurs documents ont donné un cadre à la préparation au mariage : tout d'abord en 1994 les Points de repère en pastorale sacramentelle. Ce texte proposait quatre points d'attention :
1. Travailler l'accueil
2. Favoriser une progression humaine et chrétienne
3. Soigner la préparation du sacrement
4. Veiller à la suite

Le document Episcopat n°7/2014, La préparation au mariage dans le contexte de la nouvelle évangélisation, est le fruit de la réflexion d'un groupe de travail qui s'est appuyé sur des témoignages de terrain. Ce document a pour objet de stimuler les équipes de préparation au mariage en leur rappelant le sens de cette mission d'Eglise et il propose des orientations. A ce sujet, quelques points de tension ont été remarqués dans le document du fait des différentes sensibilités des membres du groupe de travail.

Puis, en tant que spécialiste de la liturgie, Hélène Bricout a ensuite présenté les ressources du Rituel pour un itinéraire de foi avec les couples. Le Rituel, dans sa cohérence spirituelle, en fait un lieu privilégié pour aider les fiancés à prendre goût à l'Evangile du Christ et à la foi de l'Eglise comme guide de vie, guide de vie conjugale. La célébration du mariage met en œuvre un appel à vivre le mariage en disciples du Christ (liturgie de la Parole), un don de Dieu (l'Esprit Saint), des intercessions pour les époux et un envoi en mission. Le mariage est une mission reçue en même temps qu'un don. L'essentiel est qu'une vraie dynamique soit lancée lors de la préparation.

Le soir, à la cathédrale éphémère, les diacres et les couples accompagnateurs ont pu entendre quelques éléments importants de la préparation au mariage et la richesse apportée par le Rituel.

Mgr Santier a vivement remercié toutes les personnes présentes pour leur investissement dans cette belle mission de la pastorale du mariage, dont la visée est, ne l'oublions pas, d'aider les couples à vivre le mariage comme un chemin de sainteté, en disciples du Christ.

Week-end SeDiRe du 31 janvier – 1er février

« séparé(e), divorcé(e), se reconstruire » 2 journées animées par le Père Guy de Lachaux

Environ vingt participants

Pour « se reconstruire », Guy de Lachaux nous a proposé de parcourir la Parole de Dieu :

  • la femme courbée (oser regarder notre histoire en face),
  • la femme adultère (sortir de la culpabilité),
  • le psaume 103 (habiter le pardon et la tendresse de Dieu),
  • vivre le geste du lavement des pieds (se mettre à la suite du Christ)
  • la démarche de Pierre en Jean 21 (retrouver la confiance),
  • la Samaritaine (vivre c'est aimer).

Les enseignements étaient suivis de temps de partage fraternels particulièrement profonds, forts, exprimés et écoutés en vérité.

Voici, parmi une belle récolte, quelques fruits (en vrac !) exprimés en fin de parcours, après la méditation sur la rencontre de Jésus avec la Samaritaine :
J'ai soif de...
sérénité, d'arrêter de tourner en rond, d'un véritable renouvellement de ma vie,
de mieux me connaître et être plus tolérante envers moi-même,
de trouver un compagnon de route pour être aimée et aimer à nouveau, de me poser et me reposer sur une épaule complice,
de reconnaissance, de reconnaissance professionnelle,
de nourrir ma foi et ma confiance en Dieu, de paix intérieure,
de m'en sortir avec Dieu comme guide,
de désensabler la source,
d'être aimé et d'aimer en retour,
de trouver mon sillon à creuser,
de déverrouiller la porte dont je serre moi-même la clé,
de rendre ce que j'ai reçu,
de sérénité, de paix,
d'être regardée par le Christ,
de connaître le chemin que le Seigneur désire pour moi,
de vivre pleinement et non pas replié sur moi-même,
de trouver enfin l'unité en moi,
de réparer le mal que j'ai fait à mes enfants,
de me découvrir, savoir qui je suis vraiment pour avancer en faisant moins d'erreur,
de me réaliser pleinement,
de tendresse et d'amour conjugal,
de reconnaissance par l'Eglise de la profondeur et de la légitimité de notre amour...

avec quelle eau vive je repars ?
La détermination de ne plus perdre de temps et d'arrêter de tourner en rond,
la confiance dans le Seigneur puisqu'il me pardonne mes fautes passées,
la confiance, la prière d'abandon pour sortir de la toute-puissance, m'abandonner toujours plus,
toujours aimer et être aimé,
l'amour inconditionnel du Seigneur, Dieu m'aime telle que je suis,
la fraternité et l'écoute bienveillante de chacun,
Dieu m'accepte telle que je suis, Dieu nous montre le chemin et opère en nous un décentrement, je remets tout entre les mains du Seigneur,
Dieu m'appelle à son service et à celui de mes frères et sœurs,
savoir lâcher prise, choisir la vie comme décision d'un contrat social avec soi-même,
« bienheureux divorce qui me valut de découvrir la vie et l'amour à un autre niveau et le salut qui m'est proposé »,
la proximité et la tendresse de Dieu,
la conscience éclairée par rapport à des projets en devenir,
vivre c'est aimer, partager c'est vivre,
scruter mon désir profond, trouver un lieu pour faire un choix qui dépasse mon entendement,
« je suis venu pour que l'homme ait la vie et la vie en abondance »,
la confiance, l'espérance, la force d'aimer, l'envie de vivre...

Terminons par le petit message de remerciements que nous a envoyé une participante :

Chers tous,
Il y a de cela une semaine, très précisément, nous nous retrouvions tous ensemble pour parler de nos histoires respectives et forcément douloureuses.
Sans se connaître, nous nous sommes confiés les uns aux autres avec confiance.
Je ne vous cache pas que j'en suis encore toute bouleversée car je ne pensais pas qu'un tel abandon puisse être possible face à des « inconnus » (pardonnez-moi ce terme...mais, je suis sûre que vous me comprenez !).
Si je vous écris ce soir, c'est que j'avais une furieuse envie de vous dire à quel point je vous ai tous trouvé très beaux !...je n'oublierai jamais avec quelle douceur et quelle sincérité chacun de vous s'est exprimé. Cela force le respect.
Grâce à vous, je suis ressortie de cette incroyable parenthèse, grandie, sereine et pleine d'espoir.
Aussi, j'émets le vœu que, bientôt, chacun puisse trouver la paix de l'âme avec l'aide de Dieu.
Belle vie à vous tous.

Le synode des évêques sur la famille se poursuit…

Le mot synode est à la mode, ces temps-ci ...
Il y a « notre » synode diocésain lancé par notre évêque sur le thème de « prendre soin les uns des autres et partager à tous la Joie de l'Evangile » et dans le même temps, le synode des évêques sur la famille.
Cette concomittance produit parfois des réactions : on confond les deux et (ou) l'on pense que le synode sur la famille, c'est fini. Et bien non ; le synode des évêques sur la famille se poursuit !

Tout a commencé en novembre 2013, par un questionnaire pour notre diocèse, sur les « défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation ».
En rassemblant nos réponses avec celles des diocèses du monde entier, un document de synthèse a été élaboré pour servir d'instrument de travail à l'assemblée extraordinaire des évêques à Rome, première partie du processus synodal sur la famille.

Ce synode rassemblant 114 conférences épiscopales et des experts convoqués par le pape, s'est réuni en octobre 2014 et a adopté, par un vote rendu public, un document final le 18 octobre, en 62 paragraphes, la relatio synodi. Elle va servir de base de réflexion pour l'année à venir, en vue du synode général ordinaire qui se déroulera du 4 au 25 octobre 2015, sur le thème « Jésus-Christ révèle le mystère et la vocation de la famille ».

Nous voici donc maintenant dans la période entre les deux assemblées.
« Un an pour mûrir avec un vrai discernement spirituel les idées proposées et trouver des solutions concrètes aux nombreuses difficultés et innombrables défis que les familles doivent affronter » ( Discours final du pape François )

Nous pouvons tout d'abord rendre grâce pour la capacité de notre Eglise à exprimer des différences légitimes dans un climat de grande liberté et à manifester sa force de communion dans le Christ.

Nous pouvons aussi accompagner les pères synodaux de notre travail et de notre prière pour que Dieu continue à renouveler son Eglise, par l'Esprit Saint « qui vient au secours de notre faiblesse ».

En cette période de l'Avent, nous confions cette intention à Marie, la Mère de l'Evangile vivant, Mère de l'Eglise, pour que toute la communauté ecclésiale accueille l'Evangile et en partage la Joie.

Renseignements : Martine TANDONNET, responsable de la pastorale des familles
01 45 17 22 71 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.