Monastère de l’Annonciade à THIAIS

monastere annonciade 2016SITE INTERNET DE L'ANNONCIADE

LE MONASTÈRE DE THIAIS

À 15 km de Paris, dans le quartier paisible de « Grignon », le Monastère de l’Annonciade est tout consacré « à l’imitation de la Vierge Marie, pour plaire à Dieu ».
La Prière. La journée est rythmée par la prière des offices et l’Eucharistie , auxquels peut se joindre toute personne qui le désire, ainsi que par la prière personnelle ou oraison.

 

 

Le Travail

Pour subvenir à leurs besoins, les Sœurs effectuent divers travaux:

  • Carterie,
  • Confiturerie,
  • Biscuiterie,
  • Broderie machine,
  • Tissage,
  • Confitures, miel, cassis etc ...
    vendus au magasin du Monastère et par correspondance.

L’Accueil

Selon l’antique tradition monastique, l’accueil, permet de partager avec tous ceux qui le désirent, le silence, la prière et la quête de Dieu.
tel : 01 48 53 27 37

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comment nous rejoindre?

  • Par la route : par la N7 au niveau de Belle Épine prendre la A 86 direction Créteil. Choisy. Thiais... puis se maintenir sur la droite direction THIAIS. GRIGNON.
  • Par le train : RER C gare de Choisy, puis le bus TVM arrêt Victor Basch.

L’Histoire du Monastère de Thais

L’origine du monastère de Thiais remonte à celui de Boulogne-sur-Mer, fondé en 1636, fermé en 1792, mais restauré en 1818.

Après les événements de la Révolution française, deux anciennes moniales du monastère de Boulogne-sur-Mer se retrouvent, en l’année 1809. Elles décident alors de chercher si d’autres Annonciades boulonnaises ne vivraient pas encore. Leur but : reprendre la vie commune et relever leur monastère. De deux, elles sont bientôt douze, dont une ancienne Annonciade du monastère de Rouen qui, ayant entendu parler de l’entreprise, a désiré se joindre à elles. Il faut, cependant, faire des concessions : en 1817, Louis XVIII ne donne l’autorisation de se constituer en communauté qu’aux religieuses qui travaillent à l’éducation des jeunes filles. Ainsi, en est-il en 1818, pour ces Annonciades de Boulogne. Elles concilient alors, durant tout le 19è siècle, la vie conventuelle, son grand office monastique et son lever de nuit, avec la charge d’un pensionnat. Au début du 20è siècle, en 1904, paraissent les Lois Combes, supprimant les établissements religieux qui exercent une activité d’enseignement. C’est l’exil en Angleterre, près de Douvres, pour la trentaine de moniales que compte le monastère de Boulogne-sur-Mer. Vingt années vont s’écouler. En 1922, un retour en France se dessine. Quatre sœurs du monastère anglais partent refonder en France. Après un bref passage dans la Sarthe, trois ans à Paris, la jeune fondation s’installe à Thiais en 1926. Dans la seconde moitié du 20è siècle, le monastère connaît un rayonnement certain, accueillant de nombreuses vocations, ce qui lui permet de fonder de nouvelles communautés et d’essaimer en Normandie (1975), dans les Alpes de Hautes-Provence (1980), dans le Berry (1988). En 2009, le monastère franchit une nouvelle étape : celle de fonder cette fois à l’étranger, en Pologne. Ainsi, modestement, le monastère de Thiais poursuit son chemin, à la lumière de la Vierge, l’Étoile de sa route.

À travers la vie de mère Marie-Emmanuel, fondatrice et première Ancelle du monastère de Thiais, celle du franciscain, le père Richard Deffrennes, à travers la vie de mère Marie de Saint-François d’Assise, seconde Ancelle, se dévoile avec plus de détails l’histoire de ce monastère.