Dimanche de la Divine Miséricorde : le premier dimanche après Pâques

Le 30 avril 2000, le Pape Jean-Paul II institue le dimanche de la Divine Miséricorde, le même jour que la canonisation de Sainte Faustine.

Elle reçoit cet appel du Christ « La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles, Je désire qu’elle soit fêtée solennellement le premier Dimanche après Pâques « 

L’octave de Pâques conduit à la célébration de la divine miséricorde . Elle nous invite à renaître nous aussi : le Christ a vaincu la mort et par la miséricorde de Dieu nous sommes appelés à une vie nouvelle.

Qu’est-ce-que la miséricorde ?

En latin Miseri veut dire « les pauvres » et Cor, « le cœur ». Miseri-cor, c’est le cœur vers les pauvres, un coeur qui bat pour les pauvres. Il s’agit d’une réelle compassion pour toutes les formes de souffrances. Dieu le père, comme le disait Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, « n’est qu’amour et miséricorde ».

La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours

Pape François, Bulle d’indiction N°2.

Comment vivre et rayonner de la Divine Miséricorde ?

Sur les pas de Sainte Faustine, nous pouvons réciter le chapelet de la Divine Miséricorde.

Alors que le Christ apparait à Sainte Faustine, il lui fait la demande qu’elle prie sa miséricorde tous les jours à 15h. Il s’agit de l’heure à laquelle Jésus rendit l’esprit sur la croix.

« À cette heure-là, tu peux tout obtenir pour toi et pour les autres. A cette heure-là, la grâce a été donnée au monde entier, la Miséricorde l’a emporté sur la Justice. » (Petit Journal, 1572)

 

5 clés pour comprendre le dimanche de la divine miséricorde