Dimanche 15 novembre

Dimanche 15 novembre 2020

33ème dimanche du temps ordinaire

Nous arrivons bientôt à la fin de l’année liturgique. Ce dimanche la liturgie annonce le jour du Seigneur, son retour dans la gloire ! La parabole des talents que vous allez découvrir illustre bien l’attente vigilante du retour du maître qui fait confiance à chacun d’entre nous. Dieu nous a confié à chacun des talents à développer et faire fructifier pour le bien de tous.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 14-15.19-21)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples cette parabole :
« C’est comme un homme qui partait en voyage :
il appela ses serviteurs et leur confia ses biens.
À l’un il remit une somme de cinq talents,
à un autre deux talents,
au troisième un seul talent,
à chacun selon ses capacités.
Puis il partit.

Aussitôt,  celui qui avait reçu les cinq talents
s’en alla pour les faire valoir
et en gagna cinq autres.
De même, celui qui avait reçu deux talents
en gagna deux autres.
Mais celui qui n’en avait reçu qu’un
alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.

Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint
et il leur demanda des comptes.
Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha,
présenta cinq autres talents
et dit :
‘Seigneur,
tu m’as confié cinq talents ;
voilà, j’en ai gagné cinq autres.’
Son maître lui déclara :
‘Très bien, serviteur bon et fidèle,
tu as été fidèle pour peu de choses,
je t’en confierai beaucoup ;
entre dans la joie de ton seigneur.’
Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi
et dit :
‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ;
voilà, j’en ai gagné deux autres.’
Son maître lui déclara :
‘Très bien, serviteur bon et fidèle,
tu as été fidèle pour peu de choses,
je t’en confierai beaucoup ;
entre dans la joie de ton seigneur.’

Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi
et dit :
‘Seigneur,
je savais que tu es un homme dur :
tu moissonnes là où tu n’as pas semé,
tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain.
J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre.
Le voici. Tu as ce qui t’appartient.’
Son maître lui répliqua :
‘Serviteur mauvais et paresseux,
tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé,
que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu.
Alors, il fallait placer mon argent à la banque ;
et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts.
Enlevez-lui donc son talent
et donnez-le à celui qui en a dix.
À celui qui a, on donnera encore,
et il sera dans l’abondance ;
mais celui qui n’a rien
se verra enlever même ce qu’il a.
Quant à ce serviteur bon à rien,
jetez-le dans les ténèbres extérieures ;
là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !’ »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

En famille nous pouvons écouter l’évangile de St Matthieu ou regarder sur le site Théobulle

Pour animer un temps d’échange en famille @Idées-caté

Téléchargez ici le déroulé dans son intégralité et l’éclairage pour comprendre l’Evangile.

Téléchargez ici la prière universelle

Proposition de l’Ecole de Prière

Quel talent !

J'ai eu peur « Paroisse du Bon-Pasteur de Sherbrooke

« Quel talent ! » est une expression d’émerveillement du don ou de la qualité remarquée chez une personne, que l’on découvre bonne. C’est aussi une pièce de monnaie qui avait beaucoup de valeur au temps de Jésus. 

Quand nous prions la prière du « Notre Père » nous lui demandons : « Que ton Règne vienne ». En demandant que le Royaume de Dieu arrive, nous y travaillons de tout notre être avec tous nos talents. En cette fin d’année liturgique, l’Evangile nous montre que nous sommes en état de veille, avec la lampe de notre espérance toujours allumée. Mettre nos talents et dons reçus de Dieu au service de tous, nous rend toujours heureux. Mais enfouir son talent c’est avoir peur de Dieu, avoir une fausse image de Lui, c’est ne pas faire confiance à la mission qu’il nous donne.  Dieu nous confie le monde, nous y envoie pour y vivre de notre mieux. 

Au Royaume de Dieu, où nous sommes appelés, tout est donné ! Personne ne possède quelque chose sans l’avoir reçu. Ici nous avons reçu la vie, la santé, l’éducation, l’amitié, la fraternité. Nous pouvons lui dire merci et regarder la solidarité, l’encouragement et le soutien de notre famille, la foi de nos professeurs en nos capacités. Nous ne possédons rien, mais nous pouvons réaliser le Bien. Il nous faut travailler doucement mais fidèlement à la grâce de Dieu. Si je décide de répondre à son appel alors il me dira: « entre dans la joie de ton maître ».  Missionnaires heureux d’avoir été appelés, transmettons sa paix au monde !

Bon dimanche en famille et bonne semaine.

Padre Jean-Pierre et toute l’équipe.

Téléchargez ici la proposition de l’Ecole de Prière, pour le dimanche 15 novembre 2020.