Saints Romain et Lupicin (+440)

Confesseurs. Deux frères dont les cheminements spirituels et le caractère étaient fort différents, mais bien complémentaires. Plutôt que de s’opposer, ils mirent en commun cette différence, pour se rejoindre dans un même service de Dieu. Romain avait trente-cinq ans lorsqu’il quitta son Bugey natal, n’emportant avec lui que « La vie des Pères du Désert ». Il se mit en route vers l’Est, traversa de grandes forêts et finit par atteindre la Bienne. Il venait de trouver ce qui lui convenait : de la terre labourable, une fontaine, des arbres et du silence. Il vécut là quelques années comme s’il était dans le désert égyptien de la Thébaïde. Puis des disciples vinrent à lui, si nombreux qu’il dut leur bâtir deux monastères distants de 3 kilomètres l’un de l’autre : Condat qui deviendra la ville de Saint-Claude, et Leucone qui deviendra Saint-Lupicin. Son frère en effet vint le rejoindre, mais attendit son veuvage. Romain garda la direction de Condat et confia Leucone à Lupicin. Romain était indulgent, doux et patient, Lupicin, sévère et intransigeant. Cela composait un heureux mélange. Quand le relâchement s’introduisait à Condat, Lupicin reprenait les choses en main et rétablissait la discipline. Quand les moines de Leucone commençaient à se décourager de trop de rigueur, Romain devenait leur supérieur, les faisant dormir et manger davantage, leur rendant bonne humeur et santé. La gloire de Dieu, dans les deux cas, y trouvait son compte.

Celui qui a réellement renoncé aux biens de ce monde et se fait serviteur de son prochain, sincèrement, par amour, bientôt délivré de toute passion, devient participant de l’amour et de la connaissance divine. Celui qui possède en soi l’amour divin n’a aucune peine à suivre de près le Seigneur son Dieu. Il supporte généreusement labeur, injures et mauvais traitements, sans vouloir aucun mal à personne.

(Saint Maxime le Confesseur)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).