Paroles d’évêque

Mgr Santier s'associe à l'appel de l'établissement pour le don du sang

TÉLÉCHARGER L'APPEL DE MGR SANTIER

Créteil, le 18 juillet 2018

Je m’associe aujourd’hui à l’Etablissement français du sang pour adresser aux chrétiens du Val-de-Marne un appel pressant : donnez votre sang, des patients devant être transfusés en ont besoin maintenant.

Le don du sang est à l’origine d’une formidable chaîne de solidarité reliant les donneurs aux patients. Il rassemble des femmes et des hommes très différents, de toutes origines, mais tous animés d’une même volonté de venir en aide à ceux qui en ont besoin.

La région Ile-de-France, et plus particulièrement le département du Val-de-Marne, est riche d’une belle diversité avec notamment des habitants issus d’Afrique sub-saharienne et des Antilles. Ces personnes peuvent être touchées par une maladie génétique du sang – la drépanocytose.
Les patients drépanocytaires ont besoin de produits sanguins totalement compatibles avec leur sang. Les donneurs d’origine afro-antillaises réaliseront des dons extrêmement précieux car ils permettront de répondre aux besoins très spécifiques de ces patients qui ne peuvent vivre que grâce à des transfusions très régulières.

Au-delà de ces besoins très spécifiques, chaque jour 1700 dons de sang, tous groupes sanguins confondus, sont nécessaires pour répondre aux besoins des patients en attente de transfusion dans la région Ile de France. Pendant l’été, les besoins ne diminuent pas. Alors, quelle que soit votre origine, votre sexe, si vous avez entre 18 et 70 ans et que vous êtes en bonne santé, donnez votre sang. Par votre geste, vous permettrez la prise en charge thérapeutique :

  • d’un patient atteint d’un cancer sous traitement chimiothérapique,
  • d’un enfant lourdement brulé,
  • d’une femme victime d’une hémorragie à la suite d’un accouchement,
  • d’une victime d’un accident de la route, ...

Partagez avec eux ce que vous avez de plus précieux. Donnez votre sang durant ces prochaines semaines et incitez votre entourage à le faire également. Les patients comptent sur vous.

 

+ Michel SANTIER
Evêque de Créteil

TÉLÉCHARGER L'APPEL DE MGR SANTIER

Lettre aux prêtres du diocèse de Créteil

TÉLÉCHARGER LA LETTRE DE MGR SANTIER

A la suite de propos tenus dans la Presse, Monseigneur Santier a écrit le courrier suivant adressé à tous les prêtres du presbyterium.

 

Créteil le 6 juin 2018

Aux prêtres du diocèse de Créteil

Chers frères prêtres,

Les circonstances me poussent à vous écrire au sujet d’un prêtre du diocèse de Coutances que j’ai accueilli dans le diocèse de Créteil à la demande de son évêque, Monseigneur Laurent Le Boulc’h, et qui vient de faire l’objet d’un article dans la Presse.
Mes pensées vont d’abord vers la famille concernée par cette affaire, avec laquelle je suis en contact depuis plusieurs mois. Je tiens à redire aux parents et à leurs enfants ma profonde tristesse et l’expression de ma sincère compassion.

Quels sont les faits ?
A l’issue un procès pénal dans la Manche, ce prêtre a été condamné pour attouchements sur mineurs à quatre mois de prison aménagée.
Comme cela se fait habituellement, le dossier a été présenté à Rome à la Congrégation de la doctrine de la foi qui l’a renvoyé au Diocèse de Coutances, lui donnant la responsabilité d'organiser le procès canonique.
Il a été prononcé comme sanction :
• L'impossibilité d'exercer un ministère vis-à-vis des mineurs enfants et jeunes (conformément à la décision judiciaire)
• L'impossibilité d'exercer un ministère dans le diocèse de Coutances
Vu les résultats de ce jugement et à la demande de Monseigneur Le Boulc'h, j’ai accueilli et nommé ce prêtre aumônier, à l'hôpital gériatrique de Limeil-Brévannes, ce qui respectait bien les attendus des jugements civil et canonique.
J'ai également prévenu Madame le Procureur de l'époque.

Or, il y a deux ans, à la suite d'une retraite à Lourdes, à la demande d'une retraitante, ce prêtre a pris contact avec une famille chez qui il a été invité. Les parents apprenant par la suite son passé judiciaire ont aussitôt contacté l'évêque de Coutances et moi-même.
J'ai donc immédiatement rencontré à nouveau, le Procureur de la République, qui au vu des éléments fournis a décrété qu’il n’y avait pas matière à poursuite.
De manière concomitante, nous avons pris des mesures de « recadrage » envers ce prêtre.

Mais récemment, alors qu'il célébrait la messe en remplacement du curé indisponible, sur un territoire qui ne faisait pas partie de sa mission, la famille a été choquée de le reconnaître à l’autel, alors même que l’eucharistie était célébrée en mémoire de l’un de ses défunts. Elle a aussitôt fait un signalement et alerté la Presse.

Face à de tels faits, nous laisserons opérer la justice qui a toute notre confiance, ainsi que la cellule mise en place, pour l’écoute des victimes au plan diocésain et national.

Dans la confiance, je vous invite instamment à porter dans votre prière de pasteur cette famille affectée. Nous aurons aussi à cœur de prier pour ce prêtre.

Je reste bien évidemment à la disposition d'un prêtre qui désirerait m'en parler.

Fraternellement
+ Michel Santier

TÉLÉCHARGER LA LETTRE DE MGR SANTIER

ETATS GÉNÉRAUX DE LA BIOÉTHIQUE

ETATS GENERAUX DE LA BIOETHIQUE


"Quel monde voulons-nous pour demain ?" C’est sur cette question que se sont ouverts le 18 janvier 2018 les États généraux de la bioéthique (http://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/eglise-et-bioethique/. Ceux-ci doivent durer six mois (jusqu’au 7 juillet) et aboutir à une nouvelle loi sur la bioéthique à la fin de l’année 2018.
Le cadre et les thèmes des États généraux
L’actuelle loi bioéthique du 7 juillet 2011 prévoit qu’elle doit faire l’objet d’une révision par le Parlement dans les 7 ans et que cette révision doit être précédée d’un débat public sous la forme d’États généraux organisés par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE).
Le CCNE a donc lancé une vaste consultation afin de recueillir l’opinion de la société française sur un certain nombre de thèmes. Tous les citoyens sont invités à s’interroger et à débattre sur :
• L’avancée de la recherche dans les domaines de la reproduction, du développement embryonnaire et des cellules souches et le respect dû à l’embryon comme personne potentielle ;
• Les techniques de séquençage et d’ingénierie génomique et les prémisses d’une médecine prédictive ;
• Les dons et transplantations d’organes ;
• Les données de santé, notamment au regard du développement des objets connectés et des risques d’atteintes à la vie privée ;
• L’intelligence artificielle et les robots et la responsabilité des professionnels de santé vis-à-vis de leur utilisation ;
• Les neurosciences au regard du développement des techniques d’imagerie ;
• La relation santé-environnement et les responsabilités scientifiques et techniques de l’homme ;
• La procréation (PMA, GPA, etc.)
• La fin de vie (question sur la légalisation de l’assistance au suicide, politiques d’accompagnement pour les malades en fin de vie).

Je vous invite à prendre connaissance et à vous inscrire sur le site unjourunargument.fr,
mis au point par des catholiques et recommandé
par Mgr d’Ornellas* à tous les évêques de France.

Il s’agit d’un outil pouvant aider chacun de nous à contribuer au débat sur le site des Etats généraux, avant le 30 avril 2018.

+ Michel Santier
Votre évêque

(*) Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes est responsable du groupe de travail de la Conférence des Evêques de France sur la bioéthique

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.