Retour en images

Ponts de Paix : l'esprit d'Assise à Bologne du 14 au 16 octobre 2018

propos recueillis par Benoit Lannoo,

Les prêtres français de Sant’Egidio rentrent revigorés de Bologne

« Nos rencontres fraternelles entre leaders de différentes religions rejaillissent sur nos communautés », nous assure Mgr Michel Santier, évêque de Créteil, à l’issu de la rencontre interreligieuse « Ponti di Pace » à Bologne.

TÉLÉCHARGER L'INTERVENTION DE MGR SANTIER

Redécouvrir l’Évangile en devenir davantage artisans de Paix.

La rencontre annuelle pour la paix « dans l’esprit d’Assise » avait lieu à Bologne cette année. Depuis la Journée mondiale de prière pour la Paix organisée par Jean Paul II à Assise le 27 octobre 1986, la Communauté de Sant’Egidio réitère cette rencontre chaque année dans une autre ville d’Europe. Après trois jours d’échanges et de prières avec des représentants de toutes les religions de la planète, Mgr Michel Santier ainsi que Didier Tshibangu Tshambaya et Jérôme Thuault, deux prêtres de Sant’Egidio installés à Charenton-le-Pont, sont rentrés revigorés chez eux au diocèse de Créteil.
« Ces trois jours à Bologne, comme toutes les manifestations précédentes ‘dans l’esprit d’Assise’, sont des grands moments de grâce pour nous », dit Jérôme Thuault (44), originaire de l’Île de France et ordonné prêtre en 2010, après avoir fait ses études au Séminaire de Sant’Egidio à Rome. « Chacun d’entre nous puise de l’énergie nouvelle dans les rencontres qu’on a eu, les discours qu’on a entendu et les moments de prière conjoints. À nous maintenant de transformer cette grâce en action. Pour nous chrétiens, action veut dire : redécouvrir l’Évangile en devenir davantage artisans de Paix. »

Charenton-le-Pont

« La Communauté de Sant’Egidio m’a demandé il y a huit ans si on ne pouvait pas accueillir quelques de leurs prêtres », nous explique l’évêque de Créteil, Mgr Michel Santier. « J’ai consulté le conseil presbytéral et les doyens et ils étaient tous favorables à cette requête. Didier (48), qui est originaire de la République Démocratique du Congo mais qui a également fait ses études à Rome et y a été ordonné en 2008, est prêtre administrateur à la paroisse Saint-Pierre à Charenton-le-Pont maintenant et Jérôme y est prêtre coopérateur. C’est un beau cadeau pour notre diocèse ! »
Charenton est en périphérie mais les deux jeunes prêtres peuvent se rendre en métro à Paris. Jérôme est d’ailleurs également affecté à la chapelle Saint-Bernard de Montparnasse. Mais la Communauté de Sant’Egidio commence à grandir sur Charenton-le-Pont. « Comme partout où est actif Sant’Egidio, on travaille avec les jeunes et on est présent auprès des pauvres », nous explique-t-il. « Une trentaine de jeunes se retrouvent le samedi pour rendre visite aux personnes âgées ou pour voir les pauvres qui ont trouvé abri dans tentes ou des cabanes dans le Bois de Vincennes. »

Dizaines de bénévoles

« L’idée forte du meeting de cette année, c’était qu’il faut donner la parole aux autres pour créer un dialogue de paix », dit l’abbé Didier. Mais ce discours de dialogue, ne reste-t-il pas trop souvent réservé aux habitués de la cause ? « Pas nécessairement », répond Mgr Santier. « À Créteil par exemple, nous avons distribué ensemble, catholiques et musulmans, cent mille repas cet été aux personnes qui ne partent pas en vacances et qui ont faim. Ce ‘nous’ de l’opération ‘Août Secours Alimentaire’, ce ne sont les responsables des deux communautés mais des dizaines de bénévoles. »

TÉLÉCHARGER L'INTERVENTION DE MGR SANTIER

Vendredi 5 octobre 2018 : « Un nouvel élan pour partager à tous la joie de l'Évangile : chantons avec les jeunes le Christ, mort et ressuscité pour nous ! ».

Dernier journée pour nos prêtres à Rome.

Avant de rejoindre l'aéroport, les prêtres du diocèse célèbrent à St Paul Hors les Murs.

 

Dans son homélie, notre évêque les exhorte dans son homélie à initier les enfants et les jeunes à la beauté de la foi et à la rencontre avec le Christ, ensemble, liés par la vie fraternelle : « Nous ne sommes pas seuls mais en collaboration, avec des laïcs, des diacres et des religieuses pour l'évangélisation de ces jeunes ».

Jeudi 4 octobre 2018 : Construire l'Église et l'annonce de l'Évangile en Val-de-Marne.

En cette belle journée de fête de Saint François, en union de pensée et de prière avec le Synode des jeunes, les prêtres du diocèse de Créteil ont travaillé sur les préconisations de la commission d'audit pastoral et missionnaire. Ils ont formulé des propositions, à partir du document de travail, afin que notre organisation et nos structures soient au service de la construction de l'Église et de l'annonce de l'Évangile en Val-de-Marne.

L'après-midi, une nouvelle rencontre avec un responsable de dicastère, celui pour les laïcs, la famille et la vie a permis un échange riche pour mieux appréhender la manière dont le pape François réfléchit les questions nouvelles contemporaines. Le Dr Phillip Milligan, canoniste, est plus particulièrement chargé des mouvements et associations de fidèles laïcs.

« Les pasteurs doivent donner des instruments pour que les laïcs transforment le monde. »

Autrement dit comment vivre en chrétien dans la société ? Nos pays, en devenant de plus en plus sécularisés, perdent ces notions de partage, de pardon, de don, de respect mutuel. En posant des actes de fraternité et de pardon, nous témoignons d'une manière d'être chrétien. Comment ré-habiter ces mots avec des gestes concrets ? Comment vivons-nous la vérité et l'honnêteté ? ».


...
« Avec Amoris Laetitia, le pape a souhaité répondre à cette question existentielle : pourquoi douter de sa propre capacité à se marier alors qu'on est fait pour l'amour et pour toujours ? ».

Avant de conclure le pèlerinage, les prêtres ont célébré les vêpres dans la basilique di San Bartolomeo et prié pour les martyrs des XX et XXI siècles présentés dans les chapelles de l'église.

Retrouvez les vidéos de prêtres qui témoignent sur différents moments du pèlerinage sur Facebook !

​Le pape François reçoit des prêtres du diocèse de Créteil et leur évêque, RCF Radio, article de Jean-Baptiste Le Roux

Mercredi 3 octobre 2018 : mercredi 3 octobre - Éveiller les jeunes à la vocation presbytérale et à la vie consacrée

Cette troisième journée, commencée par les Laudes et l'Eucharistie dans la chapelle de l'hébergement, fut consacrée à une matinée de travail sur les vocations.

Après une présentation, par le père Joachim, délégué diocésain pour les vocations, des initiatives qui existent sur notre diocèse, Mgr Jacques Rideau, directeur du séminaire français de Rome, a présenté les profils des jeunes séminaristes qu'il forme.

Puis les prêtres se sont retrouvés en groupe de travail pour élaborer de nouvelles propositions pour le déploiement d'une pastorale des vocations. Car comme nous l'a rappelé Mgr Santier, notre synode diocésain nous invite à discerner régulièrement en équipe pastorale les jeunes que nous pouvons appeler.

Rencontre avec Mgr Miguel Angel Ayuso, secrétaire pour le Dialogue Interreligieux.
Après un émouvant hommage au Cardinal Tauran, Mgr Ayuso a rappelé que « dialoguer et prier ensemble fait de nous des compagnons de voyage. Et c'est bien sur le plan de l'humain et de la solidarité que nous nous retrouvons vraiment, devant la réalité de l'humanité blessée ».

La journée s'est achevée dans une ambiance festive à l'hébergement.

Mardi 2 octobre 2018 : Retour sur les temps forts

Célébration autour de la chaire de St Pierre à 8h du matin

« Demeurez dans la bienveillance et la bonté envers ceux qui vous sont confiés, en bons pasteurs ». Homélie du père Santier.

Congrégation du Clergé : rencontre avec Mgr Joël Mercier, secrétaire. Il a insisté sur :

« Il est nécessaire de trouver des moyens pour la vie fraternelle des prêtres (partage de la Parole, de la prière, des repas et surtout de nos vies !), prendre soin des jeunes prêtres, développer la formation permanente des prêtres, notamment avec des laïcs. En ce qui concerne les diacres, il ne s'agit pas d'en faire des sous-prêtres ou des super laïcs mais de veiller à leur formation afin qu'ils exercent leur ministère propre dans le monde ».

 

Dicastères de la nouvelle évangélisation : rencontre avec Mgr Tebartz-Van Elst, délégué pour la catéchèse

« Il est important de bien affermir un témoignage de foi clair : la foi ne s'impose pas mais se propose, par attraction...
Restons ouverts et témoignons...

Avec la nouvelle évangélisation, il s'agit de réveiller notre joie d'accueillir l'Évangile dans des vieux pays européens traditionnellement chrétiens, avec une nouvelle approche... La sécurisation en Europe, les conditions économiques et sociales, la réalisation personnelle dans une certaine sphère privée sont des freins aux témoignages de vie chrétienne... Les jeunes ont besoin de la foi car ils se posent beaucoup de questions. Quand nous rencontrons les diocèses comme le vôtre, nous découvrons beaucoup de nouvelles initiatives...

En conclusion de cet échange fructueux, le père Gilles nous guide avec les paroles de Madeleine Delbrêl :

  • Nous pouvons proposer la foi : la foi, c'est Dieu qui l'a donne.
  • En milieu athée, il faut évangéliser : soit la foi grandit, soit elle périt.
  • C'est avec deux pieds qu'on avance : évangéliser et être évangéliser.
  • C'est une conversion permanente du cœur.

 

Et cette seconde journée très riche s'est terminée à la pizzéria !

Lundi 1 octobre 2018 : Audience privée avec le pape François

Lundi 1 octobre 2018 : 

Rendez visible cette joie qui s'approfondit dans l'amitié avec le Seigneur et l'attention sans cesse renouvelée aux autres, en particulier aux petits et aux pauvres - discours du saint père aux prêtres du diocèse de Créteil

Une longue journée mais cela valait le coup de se lever tôt pour rencontrer le pape François en audience privée !

 

Tous les prêtres ont vraiment été émus de parler chacun à leur tour au Saint Père.
La rencontre avec le Père Jean Landousies sur le thème "Rome et le Vatican aujourd'hui" à été une bonne introduction pour appréhender l’organisation du Vatican et ce que souhaite François ! (Boniface a été touché quand Jean Landousies a dit à plusieurs reprises que les équipes étaient au service, avec humilité, de toutes les Églises particulières).

Cette première journée s’est achevée par une belle célébration dans la chapelle de notre hébergement, au début de laquelle chaque prêtre a reçu des mains du père Santier l’étole du diocèse.

La rencontre de notre évêque et des prêtres du diocèse dans la presse :

 

LETTRE PASTORALE AUX CATHOLIQUES DU DIOCÈSE DE CRÉTEIL

Contact : Carine Cloix – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." target="_blank"> – 06 80 51 70 10

Le Pape François reçoit les prêtres du diocèse de Créteil

pelerinage rome diocese creteil

Les prêtres du diocèse de Créteil et leur évêque, Mgr Michel Santier, sont à Rome jusqu’au 5 octobre. Ce lundi, au premier jour de leur voyage, le Pape François les a reçus au cours d’une audience privée. Le Saint-Père a rappelé l’importance du témoignage du prêtre, notamment pour permettre «à des jeunes d’accueillir l’appel du Seigneur au sacerdoce ou à la vie consacrée».

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Devant Mgr Santier et les prêtres du diocèse de Créteil, le Pape François a consacré la majeure partie de son discours au ministère sacerdotal. Un thème qui trouve des échos dans l’actualité de l’Église universelle et celle de l’Église du Val-de-Marne, département de la région parisienne, en réflexion sur l’organisation de son diocèse.

Vivre humblement son ministère, malgré les «vents contraires et violents»

«Nous vivons dans un contexte où la barque de l’Église est confrontée à des vents contraires et violents, à cause notamment des fautes graves commises par certains de ses membres», a déclaré d’emblée le Pape François lors de l’audience privée. Le Saint-Père a cependant rappelé «l’humble fidélité au quotidien du ministère que le Seigneur permet de vivre à la grande majorité de ceux qu’il a donnés comme prêtres à son Église». De cette manière, le prêtre est appelé à «témoigner de la force de la Résurrection dans les blessures de ce monde», pour aider les fidèles à devenir «missionnaires, témoins de la joie de l’Évangile». Le prêtre doit demeurer un pasteur, conscient d’être un homme pardonné : «en répondant à l’appel du Seigneur, nous n’avons pas été consacrés par le don de l’Esprit pour être des "superhéros"», a assuré le Pape à ses frères.

Réfléchir à l’avenir du diocèse sous la conduite de l’Esprit Saint

Parmi les thèmes sur lesquels travailleront les prêtres et leur évêque lors de ce voyage à Rome figure la révision de l’organisation du diocèse. Le Pape François leur a donné quelques conseils pour cette démarche : «n’ayez pas peur de regarder les blessures de notre Église, non pas pour vous lamenter, mais pour aller jusqu’à Jésus-Christ», «demandez avec insistance à l’Esprit Saint de vous guider et de vous éclairer pour qu’il vous aide, dans l’exercice de votre ministère, à rendre l’Église de Jésus-Christ aimable et aimante, selon la belle expression de la Vénérable Madeleine Delbrêl». L’objectif principal étant la proximité du prêtre avec tous, «dans un contexte de pauvreté et de pénurie».

Vivre le ministère comme un témoin d’espérance et de joie

Un autre thème au programme des réflexions du groupe présent à Rome jusqu’au 5 octobre prochain fait écho au prochain synode : «la relance de la pastorale des vocations aux ministères et à la vie consacrée». Les prêtres du diocèse de Créteil ont été encouragés par le Pape à «garder leur regard fixé sur Jésus-Christ et à cultiver ce lien particulier qui les unit à Lui, par la prière personnelle, l’écoute de sa Parole, la célébration des sacrements et le service du frère». La qualité de la vie fraternelle doit aussi être particulièrement soignée, afin de favoriser le «service d’une véritable communion missionnaire». De la manière dont vit le prêtre découlent l’authenticité et la beauté du témoignage qui permet «à des jeunes d’accueillir l’appel du Seigneur au sacerdoce ou à la vie consacrée ». Pour vivre en témoin «de cette espérance qui ne déçoit pas» (Cf. Rm. 5,5), en hôte d’une «joie que nul ne peut nous ravir», le Saint-Père a prodigué un dernier conseil à ses frères dans le sacerdoce : «laissez-vous transformer et renouveler par l’Esprit pour reconnaître quelle est cette parole que le Seigneur Jésus veut délivrer au monde par votre vie et votre ministère» (Cf. Exhortation apostolique Gaudete et exsultate, n.24) .