Communiqué de la CEF : La foi soutient les étudiants dans la crise

CEF

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, le 19 février 2021

CONSULTATION

LA FOI SOUTIENT LES ÉTUDIANTS CATHOLIQUES DANS LA CRISE

Depuis près d’un an, la crise sanitaire et les confinements successifs ont bouleversé la vie de milliers d’étudiants en France. Privés de leurs liens sociaux, qu’ils soient dans le cadre privé ou éducatif, nombre d’entre eux ressentent aujourd’hui un malaise profond.

Du 29 janvier au 7 février 2021, à l’invitation des membres des bureaux nationaux des réseaux Ecclésia Campus et Chrétiens en Grande École (rattachés au Service national d’évangélisation pour les jeunes et les vocations de la Conférence des évêques de France), 2 639 étudiants catholiques – dont deux tiers de femmes – âgés de 17 à 25 ans, ont répondu à une consultation qui met en avant l’importance de leur foi pour traverser cette crise.

Parmi les enseignements de cette consultation :

1. Les étudiants catholiques sont éprouvés dans leur foi. La moitié d’entre eux déclare avoir vu sa vie spirituelle restreinte par la crise et notamment par l’absence de messe (44%).

2. Néanmoins, la foi constitue unanimement (94%) un soutien dans l’épreuve pour les jeunes consultés. Ils restent plus confiants que défiants dans l’avenir.

3. Si la famille et les amis restent très largement les premiers réseaux de soutien, on note que dans l’Église les étudiants ont trouvé plus de soutien auprès de leur groupe chrétien (29%) que dans les paroisses (11%).

4. L’Église apparaît en premier lieu comme mobilisée et créative. L’unité reste toutefois un enjeu.

5. Deux priorités des étudiants catholiques pour participer au bien commun : soutenir les plus fragiles (77%) mais aussi rappeler la liberté de culte (53%).

6. Comme les autres étudiants, ils demandent très majoritairement (83%) la reprise des cours à l’université.

L’Église encourage à poursuivre les initiatives déjà mises en place dans de nombreux diocèses pour les étudiants, qu’elles visent à les aider matériellement (épiceries solidaires à Brest, Amiens, Dijon, Paris) ou à leur permettre de rompre l’isolement et de vivre la fraternité (envoi de lettres à Lyon, accueil dans des familles à Nice).

Cette consultation invite à se poser de nouvelles questions pastorales.